À la rencontre des sportives

Marta Cavalli, le printemps à vélo lui va si bien

Tiffany Henne
11.05.2022

Avec une victoire sur l’Amstel Gold Race et une autre sur la Flèche Wallonne, Marta Cavalli signe déjà une belle saison 2022. La coureuse FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope peut encore garnir son palmarès. Cet été, sur son vélo, elle sera au départ du Giro et du Tour de France notamment.

Le cyclisme, Marta Cavalli est tombée dedans quand elle était petite. En même temps, difficile de résister à la tentation quand la maison familiale est garnie de vélos. Un père cycliste, un grand-père amoureux de bicyclettes et propriétaire d’une petite équipe, des étapes du Giro suivies derrière l’écran de télévision. Voilà comment l’Italienne a demandé à avoir son premier vélo à 11 ans et à rejoindre un club.

 

De son propre aveu, les débuts ne sont pas tonitruants : « Durant les premières années, je n’étais pas une bonne coureuse. Je ne rencontrais pas le succès parce que j’avais peur de rouler en peloton. » Très vite, les craintes se dissipent et la petite Marta fait ses armes sur piste et sur route. Depuis, son choix s’est orienté vers la discipline reine. Elle continue de donner des coups de pédales sur les vélodromes à l’entraînement mais n’y courra plus en compétition, pour le moment.

⏩ À lire aussi : JO – Cyclisme sur route : Masomah Ali Zada, fuir l’Afghanistan pour rouler

Rejoindre l’équipe FDJ-Nouvelle-Aquitaine-Futuroscope, la plus grosse étape dans sa vie

Sacrée championne d’Italie 2018, Marta Cavalli est aussi passée professionnelle et a rejoint l’équipe FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope en 2021. Un tournant dans sa carrière. « C’est la plus grande étape franchie dans ma vie parce que je suis arrivée dans un monde différent, avec de nouvelles personnes et responsabilités. Je peux vraiment dire que cette équipe, c’est la meilleure chose pour moi car je peux m’améliorer avec beaucoup de soutien mais sans pression », détaille la cycliste de 24 ans. Un choix payant. L’année 2022 est ponctuée de succès pour l’Italienne : « J’ai eu des débuts difficiles mais maintenant je me sens bien. Le printemps a été génial ! J’avais pour objectif de remporter une course, mais j’en ai déjà gagné deux. C’est super ! » C’est peu dire.

⏩ À lire aussi : Léa Van Der Zwalmen, la génie française du jeu de paume

« Jamais je n’aurais imaginé pouvoir la battre »

Marta Cavalli a d’abord levé les bras sur l’Amstel Gold Race. « J’étais vraiment motivée parce que ça ne s’était pas bien passé sur le Tour des Flandres. Je me sentais bien mais j’ai manqué de lucidité à un moment clé. Pour l’Amstel, je suis arrivée en mode « tout ou rien ». La course a été longue et difficile mais à la fin j’ai eu les jambes pour attaquer les meilleures », se remémore-t-elle. Le dénouement raisonne encore dans sa tête : « J’ai reçu le soutien de la voiture, Nicolas, le directeur sportif, m’encourageait dans les oreillettes. C’était incroyable, c’est ce que j’ai ressenti après la course. J’étais entourée par les journalistes et j’ai été très sollicitée. C’était magique, j’étais sur un petit nuage. »

 

La sportive n’a pas vraiment eu le temps de redescendre sur terre. Dans la foulée, Marta Cavalli franchit aussi en tête la ligne d’arrivée de La Flèche Wallonne. « C’était différent parce que je suis arrivée plus sereine. Je savais que j’étais en forme. On avait prévu d’être en observation jusqu’à la dernière ascension du Mur de Huy et de tout donner dans les derniers kilomètres. La surprise, ça a été de pouvoir dépasser Annemiek van Vleuten dans les derniers mètres. C’est la plus forte du peloton et jamais je n’aurais imaginé pouvoir la battre. »

Pas de triplé sur les classiques mais une fin de saison prometteuse

Marta Cavalli aurait même pu marquer son sport en remportant la troisième des classiques Flandrienne, sur Liège-Bastogne-Liège. Mais quand on la questionne à propos de ce triplé quasi historique, elle évacue vite. « Seule Anna van der Breggen a été capable de le réaliser et je n’ai pas son niveau. Sur la course, on a décidé de la jouer pour Grace Brown parce que le sprint final lui convient mieux. Moi, je me sentais fatiguée parce que j’ai enchaîné 4 grosses courses », se confie-t-elle. La coureuse FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope peut encore améliorer sa belle saison. En ligne de mire notamment, le Giro et le Tour de France. Et elle en a encore sous la pédale…

⏩ À lire aussi : Paris-Roubaix femmes : Maud Rijnbeek, espoir du cyclisme néerlandais, savoure son premier Monument

Crédit photo : Thomas Maheux

Tiffany Henne
11.05.2022

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ?
Proposez une correction à notre rédaction.