À la rencontre des sportives

Waterugby : Koumiba Djossouvi, le goût du jeu et le plaisir de pratiquer son sport

La Rédaction
08.09.2019

Dans une semaine aura lieu le match des féminines sur le WateRugby à Toulouse. Parmi le festival de personnalités du rugby annoncées et les participantes, Koumiba Djossouvi, joueuse internationale française de rugby à XV sera présente. Pour sa toute première participation, la troisième ligne du Montpellier Hérault rugby ne cache pas son enthousiasme de se jeter à l’eau.

 

En 2018, Coumba Diallo, Ariane Van Ghelue ou encore Assa Koita, joueuses de l’équipe de France, ont pu montrer leurs talents sur la pelouse synthétique du terrain flottant du Tournoi, à Valras plage. Cette année, c’est l’équipe de France de Touch rugby qui foulera la pelouse en compagnie entres autres de Koumiba Djossouvi, joueuse internationale française de rugby à XV. Une grande première pour ces joueuses et notamment pour Koumiba : « C’est ma première participation, le côté atypique d’aplatir dans l’eau donne du piment au jeu. J’ai hâte, c’est très plaisant et ludique je vais être comme une grande enfant et c’est ce que je recherche. » Le goût du jeu, le plaisir de pratiquer son sport. C’est ainsi l’adn même de l’événement : du plaisir pour tous. Pour ces anciennes et actuelles gloires du rugby qui vont s’amuser à toucher sur ce terrain flottant de 40 mètres de long sur 35 de large sans zones d’en-but (ni de touches). 

Bien que cela sera sa première participation au WateRugby (organisé par Tournoi des 6 stations), ça ne sera pas la première approche avec l’activité Rugby Touch pour Koumiba Djossouvi : « Il m’est déjà arrivé de faire du Touch Rugby lors des échauffements du XV et à VII. J’en ai pratiqué encore plus en Nouvelle Zélande, cela fait partie intégrante de l’entraînement. Et puis depuis 2 ans, je suis d’autant plus proche de cette pratique puisque je fais partie de l’association de Rugby Touch à Bayonne qui s’appelle « Baiona touch ». »

c’est pour moi une marque de respect de l’investissement et de l’engagement des joueuses dans et pour ce sport 

La communauté féminine prend de plus en plus de place dans le rugby français de manière générale et cela se prouve par l’ouverture grandissante des clubs et associations ou de sections de rugby ou rugby touch. Les bons résultats du XV féminin lors des dernières grandes compétitions y sont pour quelque chose. Grâce à un palmarès, mieux fourni que le rugby masculin, au cours des dernières années, le rugby féminin est de plus en plus mis à l’honneur dans toutes ces pratiques. « Il y a de plus en plus de licenciées féminines au sein de la fédération, le jeu et le physique progresse énormément. En témoignent les résultats et les filles sont de plus en plus visibles. Un jeu plaisant à voir avec cette envie de faire vivre le ballon, le rugby qu’on adore », exprime Koumiba. « C’est aussi une grande satisfaction que de voir les féminines présentes de plus en plus sur ce type d’événements comme le WaterRugby, auparavant dédiés qu’aux hommes. Les organisateurs le reconnaissent. Et c’est pour moi une marque de respect de l’investissement et de l’engagement des joueuses dans et pour ce sport », ajoute-t-elle.

Dimanche prochain à Toulouse, sera l’occasion d’une belle vitrine pour le rugby touch et le rugby au féminin en général. Il ne reste plus qu’à marquer l’essai et à se jeter à l’eau pour Koumiba Djossouvi qui ajoute avec une pointe d’humour : « Je ne suis pas une grande nageuse, mes origines ethniques ne m’y prédispose pas. (Rires) Mais je me fais de petites séances de temps en temps pour ménager mes articulations. Et j’apprécie aussi de faire occasionnellement des sorties à l’océan avec des palmes. Bon, là ça sera la Garonne, mais je devrais m’en sortir » (rires).  

La Rédaction
08.09.2019