Vanina Paoletti à Vayres-sur-Marne lors du sprint en canoë-kayak
À la rencontre des sportives

Vanina Paoletti, l’espoir français du canoë-kayak, à coups de pales vers Paris 2024

Emeline Odi
04.05.2022

L’année dernière Vanina Paoletti a disputé ses premiers Jeux olympiques à Tokyo en canoë-kayak. Elle se livre sur son expérience aux JO, sa carrière en tant que jeune kayakiste et ses objectifs pour Paris 2024. Rencontre.

Vanina Paoletti, 24 ans, se rappelle de sa qualification à ses premiers JO comme si c’était hier. « C’était un moment incroyable parce qu’il y a un an et demi je n’ aurais jamais cru. J’ai beaucoup progressé durant l’année 2020 et j’ai amélioré mes chronos d’une manière significative », se souvient la Française.

 

Elle a pu partager ce moment auprès de ses proches qui l’accompagnent depuis ses premiers esquimautages. « Je m’en rappelle au moment où je passe la ligne je vois ma famille, mon copain, mes meilleures copines qui étaient là sur le bord. C’était incroyable de partager avec les bénévoles et les personnes qui m’épaulent depuis toute petite », déclare la kayakiste.

Le kayak : une histoire de famille

Originaire de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), Vanina Paoletti a grandi dans une famille de kayakistes. Comme elle le dit si bien, ses parents “se sont rencontrés sur l’eau”. « Ma mère était médecin du sport et mon père entraîneur de kayak. Mes deux sœurs ont pratiqué le kayak au niveau international dans une autre discipline, la descente de rivière », témoigne Vanina Paoletti.

 

Dans sa jeunesse, elle imite ses sœurs et commence à faire du kayak en descente puis en course en ligne. Elle pratique les deux disciplines en équipe de France pendant ses années juniors. Mais au début de ses années séniors elle préfère se concentrer spécifiquement sur la course en ligne. « C’est une discipline olympique, il y a cet esprit d’équipe que j’aime. En course en ligne, il y a du monoplace de huit places et du quatre places. Il y a vraiment cette notion de créer un équipage ensemble, c’est ça qui est sympa. » 

⏩ À lire aussi : Marjorie Delassus, à Tokyo en canoë

Du kayak du matin au soir

Avec une moyenne de 20h d’entrainement par semaine, le kayak occupe une grande partie du quotidien de Vanina Paoletti. Pour éviter que la pratique ne devienne trop lassante, ses entraîneurs lui proposent d’autres activités. « Nos coachs font en sorte que ce soit pas trop lassant à l’entraînement. On pratique plein de sports surtout pendant la période hivernale : du vélo, de la course à pied, du ski de fond. »

 

À côté, la kayakiste s’octroie quelques sorties culturelles au théâtre et écoute beaucoup de musique.  « J’écoute plein de styles musicaux. Le dernier album de Disiz la Peste n’est vraiment pas mal ! », conseille Vanina Paoletti. « Le kayak est dans ma tête du matin au soir donc ça fait du bien de s’aérer de temps en temps. »

⏩ À lire aussi : Marie-Françoise Prigent : « Le monde bouge, il faut foncer ! »

Kayakiste et podologue de formation

Diplômée en podologie en juillet 2020, cette spécialité médicale sert énormément à Vanina Paoletti dans sa pratique. D’ailleurs son mémoire de fin d’études portait sur “l’optimisation de la barres à pied en kayak de course en ligne”. « Ça m’a beaucoup aidé sur le point anatomique et physiologique, j’ai appris beaucoup de choses là-dessus notamment sur l’optimisation de la performance », assure la Française.

En raison de sa pratique du kayak, Vanina Paoletti n’a pas pu exercer la podologie, un métier qui demande beaucoup de temps. « C’est un métier qui s’exerce en libéral et je n’aurais pas trouvé un équilibre judicieux. » Après quelques mois difficiles, Vanina Paoletti est désormais salariée détachée au ministère de l’intérieur. « Je suis payée mais je n’exerce pas à 100% mon travail. Ça me permet de continuer les entraînements. »

⏩ À lire aussi : Laura Demoustier, à la conquête du lac Léman pour la bonne cause

Objectif Paris 2024

Après avoir passé cinq ans à s’entraîner au pôle France de Cesson-Sévigné (en Bretagne), Vanina s’entraîne maintenant au pôle France olympique et paralympique de Vaires-sur-Marne (Seine-et-Marne). C’est d’ailleurs cette même ville qui accueillera les épreuves d’aviron et de canoë-kayak aux JO de 2024.

Paris 2024 à l’horizon, la jeune kayakiste appréhende mieux les prochains Jeux olympiques grâce à sa première expérience en 2021. « J’étais très reconnaissante de participer aux JO de Tokyo. Le fait de connaître de connaître un peu l’ambiance apporte vraiment une plus value pour ceux d’après. Ça donne les crocs pour la suite. » Appelée en équipe de France par la Fédération françaises de canoë-kayak jeudi 28 avril 2022, Vanina Paoletti disputera deux Coupes du Monde: en République tchèque (20-22 mai) et en Pologne (23-29 mai).

Crédit Photo : Armelle Courtois

 

Emeline Odi
04.05.2022

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ?
Proposez une correction à notre rédaction.