Dans l'actu

« Les allumées », un tournoi de squash 100% féminin

Daphne Lemercier
10.01.2020

« Tu fais ton match et tu prends soin de toi », voici le fil du rouge de ce tournoi 100% féminin. Depuis quatre ans, dans le cadre de son projet associatif, le Nantes Squash Sautron met à l’honneur les joueuses le temps d’un week-end. Samedi 11 et dimanche 12 janvier, 52 joueuses venues du Grand Ouest se défieront à la Maison du Squash, dans la banlieue nantaise à Sautron.

Le concept est simple : un tournoi de squash, des joueuses motivées et des femmes, avant tout, qui aiment prendre soin d’elles. Quatre ans auparavant, les tournois féminins se faisaient rares. Avec l’ouverture du plus grand club de squash nantais, l’occasion était trop belle.

Un tournoi en perpétuelle évolution

Dès la première année, en 2017, l’événement est une franche réussite avec 20 participantes. En 2018, alors que le tournoi ne fournit toujours pas de dotation financière, 32 joueuses se retrouvent à la Maison du Squash. Pour la troisième édition, « on s’est dit qu’on allait essayer d’attirer des joueuses de plus haut niveau. L’association a donc dû mettre une dotation de 1000€. Ce n’est pas pour l’argent que ces joueuses-là viennent, elles ne font pas ça pour ça bien sûr. Mais au moins cela leur permet de payer leurs frais de déplacement et d’hébergement. Ça les motive davantage. » explique Bénédicte Vaille, joueuse et responsable de l’organisation et de la coordination du tournoi. Ainsi, 46 joueuses, dont certaines du top 20 français, étaient présentes l’an dernier.

Cette année, la Ligue de Squash des Pays de la Loire a souhaité soutenir le squash au féminin et a alloué un budget à l’association, qui lui permet d’alimenter la dotation. Le tableau sera bien fourni puisque la tête de série n°1 est 28ème française, la n°2 est 35ème et la n°3 est 43ème.

Pourquoi « les allumées » ?

« Un mélange de folie et un rappel de notre biscuit nantais LU en plein milieu » révèle Bénédicte. La notoriété de l’événement n’est plus à prouver. Cette année, différents ateliers seront proposés : un atelier gratuit de pose de vernis, une femme sera là pour présenter des tutos de maquillage, de soins du visage et du cou, trois étudiant(e)s d’ostéopathie/kinésithérapie seront disponible gratuitement tout le long du week-end, une femme viendra présenter sa gamme de vêtements, et une autre sa collection de sacoches, trousses, etc.

« On est un club accueillant et super chaleureux, on s’applique à ce que chaque participante, à son arrivée, ait un petit lot de bienvenue et qu’elle reparte avec une rose. On fait en sorte que les filles se sentent bien. » confie Bénédicte.

Et après ?

L’ambition pour l’année prochaine serait de basculer vers un tournoi national. C’est la hauteur de la dotation qui définit le niveau de la compétition. Un tournoi régional peut fournir une dotation maximale de 1000€ et le niveau national nécessite un minimum de 2600€. La marche est haute mais l’ambition de l’association n’a visiblement pas de limite pour attirer les plus grandes joueuses.

Daphne Lemercier
10.01.2020