Dans l'actu

Championnat du monde de biathlon : quelles sont les ambitions pour les françaises ?

La Redaction
09.02.2021

Après 7 étapes de coupe du monde dans cette saison 20-21, l’équipe de France a pris la direction Pokljuka (Slovénie) pour l’édition 2021 des Championnats du monde qui se déroulera du 10 au 21 février. Les tricolores féminines veulent remporter des médailles, effacer une édition 2020 complétement ratée et si possible, augmenter leur avance au classement des nations. 

Anaïs Bescond, Justine Braisaz-Bouchet, Anaïs Chevalier-Bouchet et Julia Simon (Chloé Chevalier est remplaçante sur la compétition) auront fort à faire pour s’imposer face à un plateau très relevé. La leader du général, la norvégienne Marte Olsbu Røiseland est leur principale adversaire. Les françaises seront alignées sur 7 courses lors desquelles elles auront des ambitions différentes. Si elles prendront aussi le départ des courses mixtes, nous faisons le point sur les courses 100% féminines.

 

  • Le sprint (Samedi 13 février – 14h30)

Les courses individuelles féminines commencent par le sprint (7.5km et deux passages sur le pas de tirs). Tiril Eckhoff , la vainqueure 2016, a gagné les trois derniers sprints sur le circuit de la coupe du monde. Leader au classement général de cette saison sur cette épreuve, elle est suivie par sa compatriote Røiseland championne du monde en titre. La Suédoise Hanna Oeberg, l’une des meilleures tireuses mondiales, sera redoutable. Côté français, Anaïs Chevalier-Bouchet est revenue sur le circuit avec une deuxième place sur le sprint d’ouverture. Julia Simon et Justine Braisaz-Bouchet ont réussi à se glisser chacune leur tour à la quatrième place des sprints d’Oberhof.

ANTHOLZ ANTERSELVA, ITALY – JANUARY 21: Julia Simon of France in action during the BMW IBU World Cup Biathlon Women’s 15 km individual Competition on January 21, 2021 in Antholz Anterselva, Italy. (Photo by Millo Moravski/Agence Zoom)

 

  • La poursuite (Dimanche 14 février  – 15h30)

Le lendemain, se lance la poursuite (12.5km, deux tirs couchés et deux tirs debout). Les biathlètes se lancent chacune leur tour en fonction des écarts de temps du sprint qui aura eu lieu la veille. Si un bon résultat sur le sprint permet de partir bien placé, un 19/20 ou un 20/20 au tir permettent une remontée fantastique. L’italienne Dorothea Wierer, championne du monde en titre réalise une saison en demi-teinte et ne pourra peut-être pas défendre ce titre face à Tiril Eckhoff qui à chaque sprint remporté cette saison a remporté la poursuite. Røiseland et Oeberg, toujours dans le coup seront présentes. Cependant Julia Simon compte une 3e place sur la poursuite d’Hochfilzen en décembre et a plusieurs fois réussi des remontées spectaculaires. Justine Braisaz-Bouchet a elle réussi deux remontées de 27 places. Une dynamique de bon augure.

 

  • L’individuel (Mardi 16 février – 12h05)

Les courses reprennent par l’individuel femme le mardi, course traditionnelle de 15km avec deux tirs couchés et deux tirs debouts alternés. Chaque faute au tir ajoute une minute au temps de course final, ce qui en fait une course ouverte, avantageant les athlètes d’expérience et les bonnes tireuses. Dorothea Wierer, 1e et 4e lors des individuels cette saison pourrait conserver son titre. Røiseland et Oeberg, respectivement 1ère et 3e au général seront forcément à surveiller. Cependant Anaïs Bescond, l’ukrainienne Yulia Dzhima, l’allemande Vanessa Hinz ou l’autrichienne Lisa Theresa Hauser seront présentes. Anaïs Chevalier-Bouchet profite d’une 3e place sur le dernier individuel qui confirme son ambition de médailles. Justine Braisaz-Bouchet pourrait vouloir confirmer sa médaille de bronze décroché il y a deux ans. Ce format de course pourrait laisser la place à une vainqueure inédite. Tout est possible ! 

 

  • Relais (Samedi 20 février – 11h45)

Samedi, lors du relais, une réaction des françaises est attendue après la grosse déconvenue de l’année passée: 14e avec 4 tours de pénalités et 19 pioches, soit le pire résultat du relais féminin lors d’un évènement mondial. Avec un quatuor solide, les tricolores peuvent viser le podium avec une belle présence sur le pas de tir. Les équipes adverses seront nombreuses, leaders ou outsiders. Les norvégiennes, championnes du monde en titre, les suédoises, les allemandes, les russes ainsi que les ukrainiennes, toujours présentes lors des grands rendez-vous seront au rendez-vous. Côté outsiders, l’Italie, la Biélorussie ou la Suisse peuvent se placer parmi les meilleures.

 

  • Mass Start (Dimanche 21 février – 12h30)

Ces mondiaux se concluront par la course “reine”, la Mass Start (12.5km et quatre passages sur le pas de tirs). Si Røiseland va devoir une fois de plus défendre son titre, elle devra se méfier de Julia Simon, adepte des courses en confrontation. La française a gagné les deux dernières courses de coupe du monde et est leader du classement général de la coupe du monde de la spécialité. Avec un 19/20 au tir pour chacune d’entre elle sur la dernière mass start, Oeberg, Hauser et l’allemande Franziska Preuss pourront jouer gros. 

 

  • Le programme complet

Mercredi 10 février : relais mixte à 15h

Samedi 13 février : sprint dames à 14h30

Dimanche 14 février : poursuite dames à 15h30

Mardi 16 février : individuel dames à 12h05

Jeudi 18 février : relais mixte simple à 15h15

Samedi 20 février : relais dames à 11h45

Dimanche 21 février : mass start dames à 12h30

 

Article écrit par Constance Vignaud

La Redaction
09.02.2021
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.