Dans l'actu

Le State of Origin 2021 profite de sa visibilité pour favoriser la féminisation du rugby australien

Alais Diebold
26.06.2021

Ce vendredi 25 juin, le match Maroons – Blues (en Australie) a promu une féminisation du rugby à XIII à tous les échelons. Joueuses, entraineuses et arbitres étaient des femmes.

Ce vendredi 25 juin a eu lieu le Women’s State of Origin. Ce match de rugby à XIII oppose, chaque année, les Maroons du Queensland aux Blues de Nouvelle Galles du Sud (NSW). C’est peut-être l’un des matchs les plus importants en rugby à XIII australien. L’an dernier, les Maroons s’étaient défaites des Blues sur un score de 24 à 18. « La rivalité est définitivement aussi féroce [que chez les hommes], les filles ne se retiennent pas, tout comme les hommes » a affirmé Kylie Hilder, coach de l’équipe de Nouvelle Galles du Sud. Les joueuses de Kylie Hilder se devaient de prendre leur revanche. Malheureusement pour elles, la fin de match ne s’est pas déroulé comme elles l’avaient espéré. Les Maroons se sont imposées à la dernière minute, à domicile, sur la pelouse du Sunshine Coast Stadium. Elles conservent leur titre après un match engagé des deux côtés (8 à 6).

Un duel d’entraineuses

Kylie Hilder, qui jouait encore l’an dernier pour les Blues, était opposée à Tahnee Norris, entraîneuse de l’État du Queensland. Elles se retrouvent adversaires alors qu’elles étaient coéquipières et amies sous le maillot australien. C’est la première fois que deux femmes entraineuses s’affrontent dans une rencontre de rugby professionnel en Australie. La coach des Maroons voit ce match comme une opportunité d’accroitre le nombre de femmes entraîneuses. « C’est super pour le jeu, c’est enfin arrivé et, espérons-le, cela mènera à plus d’entraîneuses, non seulement en rugby à XIII féminin mais aussi en rugby à XIII masculin », assurait-elle avant le match.

Trois femmes au sifflet

L’attention ne se portait pas seulement sur les joueuses ou sur leurs coachs. Pour la première fois de l’Histoire, un trio arbitral exclusivement féminin arbitrait dans un match de haut niveau. Belinda Sharpe officiait comme arbitre central tandis que Karra-Lee Nolan et Kailey Beattie étaient juges de touche. Jared Maxwell, responsable de l’arbitrage du haut niveau en National Rugby League, affirmait que ce trio arbitral n’est pas une surprise : « Ces trois arbitres exceptionnelles méritent d’officier au plus haut niveau. C’est un résultat fantastique pour le jeu et un témoignage des solides voies de l’arbitrage féminin. »

Pourtant, toutes trois ont dû se frayer un chemin dans un monde d’hommes. Il faut attendre 2019 pour qu’une femme soit pour la première fois au sifflet en National Rugby League (le championnat professionnel masculin). Sharpe était cette pionnière. Elle était aujourd’hui arbitre central lors de ce Women’s State of Origin. Depuis 2019, le nombre de femmes arbitres a augmenté. Jared Maxwell attribue cette évolution à Sharpe : « Belinda est expérimentée à ce niveau et [est] sans aucun doute, en partie, responsable du nombre croissant de femmes arbitres en formation. » De son côté, Nolan s’est illustrée l’an dernier en étant la première arbitre femme de l’Histoire à officier comme arbitre centrale dans une Grande Finale de la Women’s New South of Wales Rugby League.

Objectif de promotion du rugby au féminin, la qualité de ce match fait espérer un alignement sur le modèle masculin. Les acteur·trice·s impliqué·e·s dans le rugby australien rêvent de l’existence de trois matchs pour départager la meilleure des provinces. Ce sera peut-être pour l’année prochaine.

Crédit Photo : Bradley Kanaris

Alais Diebold
26.06.2021
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.