Audrey cordon-ragot
Dans l'actu

Huit coureuses cyclistes internationales appellent à la reconnaissance du peloton féminin

La Rédaction
21.04.2020

Alors que l’organisation du Tour de France 2020 annonce son report, l’Union Cycliste Internationale (UCI), qui a dévoilé une partie du nouveau calendrier 2020 masculin, repousse l’étude du calendrier féminin. Huit cyclistes internationales, dont la Française Audrey Cordon-Ragot, ont récemment écrit une lettre ouverte à l’UCI, inquiètes quant à leur implication dans les futures décisions prises par la structure suite de la saison.

Ces huit cyclistes autour d’Audrey Cordon, sont les Néerlandaises Marianne Vos et Ellen van Dijk, l’Australienne Amanda Spratt, la Sud-Africaine Ashleigh Moolman, la Luxembourgeoise Christine Majerus, la Canadienne Leah Kirchmann et la Suissesse Ariane Lüthi. Elles sont membres de The Cyclists’ Alliance 5TCA), le syndicat des coureuses professionnelles. 

Très occupée par le cyclisme masculin, pour qui l’ébauche d’un calendrier a été communiquée mercredi dernier, l’UCI a reporté la divulgation du calendrier féminin au 15 mai prochain. Très peu informées sur les discussions entamées, Audrey Cordon-Ragot, quadruple championne de France du contre-la-montre, évoluant au sein de l’équipe Trek-Segafredo a donc souhaité donner de la voix. « On s’est rendu compte que l’UCI ne nous avait pas trop inclues dans ce qu’elle avait dit la semaine dernière. On s’est senti un peu mises à l’écart, surtout que nous, chez Trek-Segafredo, nous sommes dans une équipe dans laquelle il y a également une équipe masculine. On a le même manager et même lui se dit que c’est le bordel. Il veut avoir des nouvelles pour les deux équipes, confie Audrey Cordon-Ragot à Cyclisme Actu. « Il n’y avait rien dans le communiqué de l’UCI nous concernant, pas un mot. Et ça, ça a été mal pris par beaucoup de filles. »

« On veut faire partie du système. »

Le message est sans équivoque, ces huit représentantes souhaitent un retour à la compétition le plus rapidement possible mais « tout en tenant compte bien sûr des règles sanitaires qui vont avec car on ne veut pas se mettre en danger. » Audrey le précise : « On veut également faire partie des discussions, donner notre avis car on est peu consultées. Je sais qu’on a des représentants au sein de l’UCI mais je pense qu’on est aujourd’hui dans une phase où les filles doivent être un peu plus consultées. On veut faire partie du système. » 

 

 

 

Traduction en français de la lettre : 

« En tant que représentantes du peloton féminin, élues par nos pairs pour les représenter à The Cyclists ‘Alliance (TCA), nous sommes également préoccupées par l’impact sur le cyclisme professionnel féminin. Nous sommes encore plus préoccupées de ne pas avoir une représentation adéquate du côté des femmes dans les discussions en cours concernant cette pandémie et les défis qu’elle pose. Nous notons que la récente déclaration publiée par l’UCI n’incluait pas les détails de l’approche pour le calendrier des courses féminines, ni le détail des personnes consultées pour prendre ces décisions. Cela indique que les discussions sont toujours en cours. »

« L’impact sur les cyclistes est au premier plan de toute décision »

« Soutenu par le peloton féminin, le TCA a été fondé il y a 2 ans et demi pour représenter nos intérêts et il est plus important que jamais que le TCA – ainsi que d’autres parties prenantes du sport – soit activement engagé par l’UCI pour représenter pleinement le cyclisme féminin. L’impact sur les cyclistes est au premier plan de toute décision. En conséquence, nous vous écrivons pour vous demander de vous engager avec nous en tant que cyclistes afin qu’ensemble nous puissions formuler des stratégies pour soutenir et améliorer le cyclisme féminin. Nous pensons que le TCA peut apporter une valeur ajoutée à toutes les discussions. »

« Nous appelons à la reconnaissance du peloton féminin »

« En tant que coureuses, nous nous engageons à travailler avec notre sport en pleine croissance et l’instance dirigeante de manière constructive et transparente. Nous voulons être représentées par une organisation en qui nous avons confiance, engagée, qui nous comprend et qui a été d’une grande valeur pour beaucoup d’entre nous jusqu’à présent. Par conséquent, nous appelons à la reconnaissance du peloton féminin en s’engageant avec le TCA. »

Pour consulter la lettre ouverte complète dans son intégralité : https://cyclistsalliance.org/2020/04/__trashed-2/

La Rédaction
21.04.2020