En Grèce l’Association des basketteuses s’insurge contre l’arrêt du championnat
Dans l'actu

En Grèce l’Association des basketteuses s’insurge contre l’arrêt du championnat

La Redaction
08.11.2020

Le championnat féminin grec de 1ère division a été suspendu en raison de la pandémie COVID-19. Dans une longue lettre destinée aux instances gouvernementales et à la fédération (CEE), l’Association des joueuses témoigne de sa colère dénonçant une discrimination vis à vis de la ligue masculine qui a la possibilité de poursuivre son activité. 

 

La lettre en question : “Chers Messieurs, Par cette lettre, nous vous contactons, souhaitant exprimer notre anxiété et notre indignation, pour les derniers développements du Basketball Féminin, après la décision de l’Etat de faire entrer le pays dans un lock-out général, en raison de la pandémie de Covid -19.”

“Bien que nous soyons des «amateurs», notre mode de vie et nos obligations sont purement professionnelles, envers nos clubs, dans la division nationale A1 (comme les hommes qui jouent dans la ligue de basket).”

“Intentionnellement ou non, malheureusement, ceux qui vous ont suggéré de mettre un “cadenas” dans la catégorie A1 National Femmes, oublient que dans notre championnat, des joueuses étrangères sont en compétition, plusieurs d’entre nous continuent de jouer avec notre équipe nationale préférée, alors que de nombreuses athlètes ont le basket-ball comme seule source de revenus, ce qui signifie que leur survie dépend uniquement du maintien de la ligue.”

“Depuis environ deux semaines maintenant, vous nous dites que le coronavirus ne fait pas de discrimination ! Malheureusement, vous qui prenez les décisions qui déterminent notre destin et notre survie, vous séparez – et en fait d’une manière complètement fausse – les athlètes amateurs (sur le papier uniquement), et vous ne vous occupez de l’avenir que des basketteurs professionnels et des clubs qui sont le plus populaire.”

“Mais laissez-nous vous dire publiquement, que vos décisions et vos séparations, nous conduisent au chômage, sans aucune disposition de l’Etat et nous obligent malheureusement à ne pas exercer pendant longtemps avec des conséquences nombreuses et négatives, alors qu’en même temps, vous créez beaucoup obstacles dans un sport, celui du basket féminin, qui ces dernières années a fait des pas réguliers et ascendants, avec plusieurs distinctions au niveau collectif et national.”

“À partir de mars 2020, les contrats de tous les athlètes de la division nationale de basketball féminin A1 ont été résiliés ! Cela, sans trop de justifications, cela signifie que nous n’avons tous, en 2020, été payés que de 2 salaires et pendant une période d’environ 6 mois, nous n’avons eu aucun revenu !”

“Sur la base de ce qui précède, qui est documenté par toute personne qui traite et surveille ce qui se passe dans le basketball féminin, tout le monde se rend compte que vos décisions ont des conséquences catastrophiques, non seulement pour nous, mais aussi pour les clubs pour lesquels nous jouons !”

“Les sponsors qui aident nos équipes de manière significative partent, car nombre d’entre eux appartiennent à des secteurs de notre économie qui ont connu une catastrophe financière (par exemple la restauration).”

“Les associations de A1 sont amenées – nécessairement en raison de la suspension du championnat – à résilier les contrats des athlètes étrangères et elles quittent à leur tour notre pays.”

“Chers Messieurs, Avec cette lettre, nous vous déclarons, en tant qu’Association des athlètes de basket-ball de Grèce, que nous et nos associations pouvons appliquer au maximum tous les protocoles de santé de la GGA, et continuer notre championnat, comme vous l’avez fait pour la Basket League ! Tout comme la catégorie supérieure du basket-ball masculin a continué, nous vous demandons de continuer la catégorie supérieure du basket-ball féminin en Grèce, comme cela se passe aujourd’hui dans tous les pays européens !”

“En tant qu’association, mais aussi en tant qu’athlètes, nous comprenons parfaitement la situation épidémiologique en Grèce et nous souhaitons contribuer de notre côté, pour que le pays puisse faire face à cette pandémie !”

“Aujourd’hui, avec cette lettre, nous partageons une situation qui nous est vraiment inacceptable !”

 “Chers Messieurs, En terminant notre lettre, nous exprimons de la manière la plus forte notre propre “cri d’agonie” pour le basketball féminin en Grèce. Nous crions aussi fort que possible et dans tous les sens: “LAISSEZ-NOUS NOUS ENTRAÎNER, LAISSEZ-NOUS LUTTER”.

La Redaction
08.11.2020
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.