Tribunes

Travailler le mental pour se connaitre et performer

La Redaction
20.11.2020

Mégane Perez est préparatrice mentale auprès de sportifs et sportives mais aussi en entreprise, professeure formatrice en préparation mentale et psychologie, éducatrice sportive en milieu associatif et réserviste des Pompiers de Paris. 

 

Tribune. En tant que formatrice et professeur en préparation mentale, j’ai pour habitude de dire  : « il n’y a pas de bon ou mauvais cerveau ». Cela signifie qu’il existe différents fonctionnements cognitifs (= mécanismes du cerveau), et selon moi l’important est d’identifier le sien afin de pouvoir performer lors d’un instant T.

Travailler son mental pour se connaitre ? Un grand oui, allez y !

Encore en 2020, il n’est pas rare d’entendre beaucoup de généralités comme : « il ne faut pas être timide », « avoir trop d’idée ce n’est pas bien vu», « je ne connais pas mes qualités », « j’ai peur de pleurer », « montrer ses émotions c’est mal». Autant de phrases montrant que les individus se placent dans des « cases » et se définissent par rapport à celles-ci, sans prendre le temps d’analyser si leurs fonctionnements, émotions, pensées, ressenties permettaient une performance ou un bien-être intrinsèque.

Le stress contrôlé, c’est celui que l’on cherche à établir lors d’un travail en préparation mentale pour conduire l’individu à un niveau d’énergie optimal

Prenons l’exemple du « STRESS ». Culturellement, être en état de stress ou anxieux est très souvent synonyme d’état négatif, de problème ou de contre-performance. Pourtant, il n’est pas rare d’observer qu’un sportif doit se sentir dans un « état de stress contrôlé » pour performer. Le stress contrôlé, c’est celui que l’on cherche à établir lors d’un travail en préparation mentale pour conduire l’individu à un niveau d’énergie optimal : pas trop stressé (ce qui engendrerait une perte d’énergie corporelle), mais assez pour enclencher cette énergie. Certaines personnes ont d’ailleurs besoin de ressentir cette « excitation » et d’augmenter leur niveau d’activation corporelle (= niveau d’énergie du corps) pour réussir à entrer dans leur bulle de performance.

Se connaitre, c’est aussi avoir une pleine conscience de ses émotions et de ses pensées

 « L’humain est émotion », nous le voyons dès le début de notre vie. Alors pourquoi vouloir à tout prix mettre ses émotions de côtés lorsqu’elles peuvent nous faire performer ?

De nos jours, il n’est pas rare d’entendre que les émotions et certaines pensées n’ont pas leur place au sein de l’entreprise et qu’il est peu pertinent de se focaliser dessus. Pourtant, les  émotions ainsi que les « pensées limitantes/ pensées parasites » ont un impact directement sur la gestion du niveau d’activation corporelle. Selon les études, des milliers de pensées traversent notre esprit toute la journée. Ces pensées sont bien souvent inconscientes mais bon nombre d’entre elles nous parviennent et nous permettent de réfléchir. Si je vous disais de penser à présent, à tout, sauf à un crocodile rose fluo sur une planche de surf… y arriveriez-vous ?

Par conséquent, est-il réellement possible de mettre une pensée de côté ? Est-il pertinent de vouloir en premier remplacer la pensée négative par la pensée positive ? Et pourquoi ne pas apprendre à identifier la pensée négative, afin d’en prendre conscience, de l’analyser et comprendre pourquoi elle est là ?

En préparation mentale, nous avons pour habitude dire que la performance passe par la connaissance de soi. Avec un réel travail mental portant sur l’identification de son mode de fonctionnement, c’est possible. Beaucoup d’outils utilisés chez les professionnels comme la pleine conscience, la sophrologie, l’imagerie mentale, les entretiens et questionnaires, etc. permettent l’identification de tout cela.

En ce moment, nous sommes face à une période extrêmement compliquée mentalement pour beaucoup, avec son lot d’émotions, de frustrations, d’incertitudes et de pensées. Plutôt que les mettre de côté, il est préférable de les identifier, les analyser et d’apprendre à les accepter.

2020 : Il est temps ! Il est nécessaire de laisser le temps aux individus de verbaliser, de prendre conscience de ce qui les compose et de grandir avec. Et cela, dès l’enfance.  Le temps du confinement est un temps opportun pour se centrer sur soi, apprendre à se connaître et comprendre son mode de fonctionnement. Alors foncez !

 

Tribune signée PEREZ Mégane, préparatrice mentale  

Instagram : rpzcoaching_mental

Site internet/ mail: www.rpzcoaching-mental.comrpz.coaching@outlook.fr

La Redaction
20.11.2020
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.