OL mediatisation
Tribunes

Médiatisation : la performance ou l’audience ?

La Rédaction
02.09.2020

« Incroyables joueuses », « historique », « Championnes hors du commun », des sportives qui entrent « dans la légende du football européen » ; les superlatifs se multipliaient sur les réseaux sociaux pour qualifier la 7èmevictoire en Ligue des Champions de l’Olympique Lyonnais féminin. Jusqu’au tweet d’Emmanuel Macron « Légende s’écrit bien au féminin avec la victoire de Lyon ». Et pourtant, L’Equipe n’en a pas fait sa Une du lundi. Logique médiatique, acte sexiste ou objectif commercial ? Retour sur cette polémique médiatique.

 

Athlètes, ministres, clubs, ou personnalités, le monde du sport a explosé de joie avec chacun son superlatif pour qualifier l’incroyable performance des footballeuses de l’Olympique Lyonnais : une septième Ligue des Champions en dix ans, une cinquième consécutivement.

 

« Légende s’écrit bien au féminin »

Le nouveau sacre a été unanimement salué, notamment par le président de la République. « Légende s’écrit bien au féminin avec la victoire de Lyon », a tweeté dimanche soir Emmanuel Macron. « Félicitations à l’OL féminin pour sa magnifique cinquième victoire consécutive en Ligue des Champions. Là encore, une finale franco-allemande… mais cette fois remportée par la France ! », a-t-il ensuite ajouté dans un second tweet.

Pourtant, le lendemain matin, le seul quotidien sportif français n’a attribué qu’une manchette de Une à la septième Ligue des champions de football féminin remportée par l’Olympique Lyonnais. « Les légendaires » a ainsi titré « L’Equipe ». Un écho certain au cri « Légendaire », poussé par le président de l’OL, Jean-Michel Aulas, sur Canal+ lors de la victoire.

Ce dernier n’a d’ailleurs pu s’empêcher de réagir sur la couverture de L’Equipe, jugeant même « aberrant » le choix de « L’Equipe », y voyant même la conséquence de l’organisation du Tour de France par le groupe Amaury, propriétaire de « L’Equipe ».

 

Une polémique qui divise les rangs

Du côté des sportives c’est la consternation de certaines : « C’est quoi le problème pour faire du 50/50 sur la première de couv ?? » réagi alors Frédérique Jossinet, ancienne judokate, directrice du foot féminin et de la féminisation à la Fédération française. « Quel dommage cet encadré dans un coin pour « des légendaires », exprime Jessica Houara, ancienne footballeuse consultante pour Canal+. « Combien de titres faut-il gagner ? Apparemment 7 n’est pas le bon chiffre ou serait-ce parce que ce sont des femmes ?! » s’interroge Ysaora Thibus, multimédaillée d’escrime.

D’autres personnalités telles que Roselyne Bachelot, ministre de la culture, ont réagit, sur LCI : « Je regardais la photo de la Une de L’Equipe, les filles de l’OL méritaient aussi peut-être d’avoir la grande photo de Une, ça dit encore des choses de notre société »

Tandis que certains dénoncent le sexisme de la rédaction de L’Equipe et son appartenance au groupe Amaury, et que d’autres ne voient pas l’intérêt du football féminin, quelques-uns comme Martin Fourcade, champion de biathlon, estime que le choix de « L’Equipe » répondait davantage à une « logique médiatique » que sportive. En effet, la rédaction a privilégié consacrer sa couverture à la victoire à Nice de Julian Alaphilippe lors de la deuxième étape du Tour de France. Le champion français, chouchou du public depuis ses 14 jours avec le maillot jaune, a au passage retrouvé le maillot de leader du peloton. « L’Equipe » a choisi de titrer « Masque d’or » en affichant en Une la photo du coureur masqué.

 

La performance ou l’audience ?

OL fémininDiffusée sur W9, la victoire de l’OL en finale de la Ligue des champions a été suivie par 1,09 million de téléspectateurs, soit 4,9% du public. A titre de comparaison, le 23 août, la finale masculine de la Ligue des champions avait pour sa part fédéré 10 fois plus de téléspectateurs, avec 11,40 millions de supporters pour regarder la défaite du PSG face au Bayern, soit 46,2% des individus de quatre ans et plus. Sur France 2, la victoire de Julian Alaphilippe dans le Tour de France a été regardée par 3,58 millions de fans de cyclisme, soit 24,8% du public.

D’un point de vue de la performance, force est d’observer le décalage entre les performances à répétition des filles de l’Olympique lyonnais et le peu de répercussions que celles-ci suscitent. Comme si finalement, on s’était presque lassé de voir jouer un club qui est devenu au fil des années le meilleur d’Europe, voire du monde. Et au passage qui a aussi fait l’objet de une de L’Equipe par le passé. Seul problème : quand on est aussi constant au plus haut niveau, le public et les médias ont parfois tendance à oublier que cela n’a rien d’une évidence.

Ce que ce septième succès européen, le cinquième d’affilée, de l’OL est venu nous rappeler, c’est que rien n’est acquis, pas même dans les médias, et que l’audience d’un organisme privé prime sur la performance. Et que si l’exploit n’est pas raconté à travers la presse, un sport ne peut devenir populaire. Et c’est le serpent qui se mort la queue. Dès lors, si la place en une pour le foot féminin n’est pas donnée, comment le faire devenir populaire ?

 

Credit photos : Gabriel Bouys, AFP

Réalisé par Aurélie Bresson 

La Rédaction
02.09.2020
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.