Stine Borgli
À la rencontre des sportives

Stine Borgli « La cohésion est l’une des clés les plus importantes du succès »

Mejdaline Mhiri
25.10.2020

Arrivée à l’été 2019 pour palier à la blessure d’une autre Scandinave, Emilia Fahlin, la puncheuse-grimpeuse Stine Borgli est désormais un élément précieux de l’équipe cycliste FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope.

Le parcours atypique de la Norvégienne Stine Borgli inspire et force l’admiration. « Avant, je jouais surtout au football, explique la compatriote d’Ada Hegerberg. J’aimais aussi le cyclisme et, en 2010, j’ai rejoint un club avec qui je me suis beaucoup entraînée. Mais je le faisais pour le fun, sans plan précis en tête. » En 2012, Stine Borgli décide de s’arrêter pour concevoir un enfant. Elle remonte sur un vélo deux ans plus tard. « J’essayais de revenir à mon niveau, d’en faire toujours plus, relate-t-elle. Après l’expérience de la maternité, j’avais la sensation de mieux connaître mon corps et ses limites. En 2015, j’ai recommencé la compétition. »

 

Très sollicitée

Un an plus tard, alors qu’elle travaillait sur une plate-forme pétrolière, elle perd son emploi et décide de se consacrer totalement au vélo. Elle augmente encore la fréquence et l’intensité de ses entraînements. Sa détermination ne tarde pas à payer. Elle intègre l’équipe nationale, y réalise de bons résultats et attire les regards des recruteurs. Sa victoire sur la Vuelta Burgos, face à des grimpeuses aux références internationales, ses performances sur le Tour du Luxembourg et de Bretagne, confirment son potentiel.

Très sollicitée, c’est sur la FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope qu’elle porte son choix en juillet 2019. « J’ai étudié chaque proposition. Stephen (NDLR Stephen Delcourt, le manager de l’équipe) m’a présenté le groupe et la place qu’il me voyait prendre. Son discours a été très sécurisant. A ce moment-là, tout était encore très nouveau pour moi parce qu’il y avait plein de courses auxquelles je n’avais jamais participées. Il m’a dit qu’il ne fallait pas que je me mette de pression sur la première année, qu’il fallait prendre le temps d’appréhender tout cela. »

« Nous faisons tout le temps des tests et nous sommes très vigilantes. Jusqu’à présent, aucune d’entre nous n’a été infectée. » 

Une cohésion synonyme de victoires

A 30 ans, Stine Borgli, professionnelle pour la première fois de sa carrière, s’épanouie dans une formation du World Tour, le plus haut niveau international. La Nordique participe aux performances de son collectif, régulièrement classé dans le top 10 depuis la reprise. En septembre, Evita Muzic a remporté la victoire sur la dernière étape du Giro Rosa et Cécilie Uttrup Ludwig s’est classée deuxième de la Flèche Wallonne.

« Je me sens vraiment bien dans cette équipe, confirme Stine Borgli. Je suis heureuse d’avoir autant d’opportunités de participer à des courses. Je gagne en expérience et je veux faire encore mieux. Il y a une super ambiance entre nous, on se tire vers le haut. Tout est d’ailleurs organisé dans ce sens. Là, nous sommes en Belgique et plutôt que d’être dans un hôtel et des chambres séparées, nous sommes toutes ensemble dans une grande maison. La cohésion est l’une des clés les plus importantes du succès. »

Pour supporter la tension engendrée par la crise sanitaire et ses aléas, comme la suppression de ce qui devait être le premier Paris-Roubaix féminin le 25 octobre, rien de mieux qu’un fort esprit de groupe. « On essaie de ne pas trop y penser même si c’est présent en permanence. Les prochains courses en France, en Espagne, ne sont jamais certaines puisque la situation se dégrade. Nous faisons tout le temps des tests et nous sommes très vigilantes. Jusqu’à présent, aucune d’entre nous n’a été infectée. »

Propos recueillis par Mejdaline Mhiri 

 

Dans le cadre de son programme d’actions Sport Pour Elles, FDJ soutient et encourage les championnes, et agit pour donner envie à toutes les femmes de pratiquer une activité sportive
et faire évoluer les mentalités. Et cela passe aussi par les encadrants.
Mejdaline Mhiri
25.10.2020
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.