Siraba Dembélé-Pavlovic profite « d’un environnement bienveillant » à Bucarest 
À la rencontre des sportives

Siraba Dembélé-Pavlovic profite « d’un environnement bienveillant » à Bucarest 

Mejdaline Mhiri
06.10.2020

Championnes du monde en 2017, championnes d’Europe en 2018, les handballeuses françaises écrivent leur histoire. Sollicitées hors de nos frontières lors du mercato, plusieurs d’entre elles ont rejoint de grands clubs européens engagés en Ligue des Champions. Episode 2 de notre série de quatre échanges avec Siraba Dembélé-Pavlovic, capitaine des Bleues depuis 2013, installée en Roumanie depuis quatre mois.

C’est simple, Siraba Dembélé-Pavlovic ne tarit pas d’éloges à propos de son nouvel environnement. Cet été, l’ailière gauche a quitté la première division française, le club de Toulon Saint-Cyr et les rives de la Méditerranée pour prendre la direction du CSM Bucuresti, club de la capitale roumaine où les églises orthodoxes jouxtent les bâtiments de l’ère soviétique. « Venez en Roumanie, vous verrez que c’est à visiter ! invite l’athlète de 34 ans. Bucarest est une super ville. On se fait souvent une mauvaise idée de l’Estparce que les populations de ces pays viennent chez nous pour améliorer leur qualité de vie. J’ai été surprise de découvrir qu’ici, on vit très bien. Il y a de beaux endroits pour sortir, d’immenses parcs pour promener mes enfants. C’est génial ! »

Sira la polyglotte

Forcément, lorsqu’un déménagement implique deux nourrissons et un mari, le cadre de vie est crucial. Si l’expérience toulonnaise a été écourtée d’une saison, c’est aussi parce que l’époux de la sportive, ancien footballeur, n’était pas épanoui dans le Var. A Bucarest, Igor Pavlovic est désormais entraîneur de gardiens de but dans sa discipline et les bambins du couple sont bien entourés. « Au début, cela a été difficile car il a fallu que je trouve des bonnes nounous pour mes jumeaux, partage « Sira ». Cela a pris un peu de temps, du coup le rythme était élevé entre les entraînements et les nuits qu’ils ne font pas. Maintenant, ça va mieux. J’arrive à me reposer entre deux séances pendant la journée. Avec l’équipe, on a repris de façon intense assez rapidement, cela m’a mise dans le bain direct ! » 

Le club roumain a remporté la Ligue des Champions en 2016, a terminé sur la troisième marche en 2017 et 2018, et fait clairement partie des cadors de la compétition. Alors, quand on signe au CSM Bucuresti, c’est pour conquérir des titres, potentiellement le plus prestigieux. Après deux victoires, contre Metz et Team Esbjerg, Bucarest débute au mieux sa campagne européenne 2020-2021.

L’ambiance est au travail, à la performance mais aussi à la quiétude et à la camaraderie. « Le coach est sympa, compréhensif quant à ma fatigue et ma situation de mère. Les entraînements sont bons et je m’entends très bien avec les filles de mon groupe. Cet environnement bienveillant me permet d’être sereine » raconte-t-elle.

Déjà passée par le Danemark, la Macédoine et la Russie au cours de sa longue carrière, ce n’est pourtant pas exclusivement dans la langue de Shakespeare que Siraba Dembélé-Pavlovic discute avec les autres joueuses. « Il y a beaucoup de Serbes dans l’équipe. C’est une langue que je connais grâce à mon mari. Du coup, c’est surtout dans cette langue que je parle avec mes coéquipières » poursuit-elle.

Des opportunités pour les Bleues

Habituée à jouer au plus haut niveau depuis 2004 et ses premières apparitions sous le maillot de Mérignac, Siraba Dembélé-Pavlovic apprécie le changement de dimension du championnat hexagonal, malgré ses envies d’ailleurs. « La LBE est une ligue qui a énormément progressé, juge la Tricolore aux 827 buts inscrits avec les Bleues. Elle fait partie aujourd’hui des meilleures ligues européennes. Il y a énormément de très bonnes joueuses internationales qui la rejoignent, ce qui n’était pas le cas avant. Du fait des bons résultats de l’équipe de France, les clubs internationaux ont un oeil sur les joueuses françaises. Nos départs correspondent à des opportunités qu’on a de jouer dans de très bonnes équipes. C’est ce qui nous attire. »

Propos recueillis par Mejdaline Mhiri

Mejdaline Mhiri
06.10.2020
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.