À la rencontre des sportives

Portrait [4/11] : Nathalie Costantini, Directrice nationale de l’UNSS

La Redaction
18.11.2019

Si les récents évènements de sport au féminin, notamment la Coupe du Monde de football, ont permis de mettre en exergue la tendance à une meilleure visibilité des sportives de haut-niveau, la féminisation des instances fédérales n’en reste pas moins délaissée. L’accès aux postes à responsabilité reste une problématique latente et cristallisée. Avec seulement 11 femmes présidentes de fédération sportives dont une seule dirigeant d’un sport olympique, le mouvement sportif reste dominé en grande majorité par les hommes. Découvrez les portraits de ces 11 femmes qui militent au quotidien pour la parité dans le sport. 

Aujourd’hui nous rencontrons Nathalie Costantini, directrice nationale de l’Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS). 

  • Pourriez-vous revenir quelques instants sur votre parcours? 

Gymnaste, je me suis tournée vers l’enseignement ce qui n’était pas du tout lié à un cadre familial, et ai enseigné comme professeure certifiée puis agrégée de 1984 à 2001 en île de France puis dans l’île de beauté. C’est ensuite l’inspection que j’ai rejointe et ai été IA IPR EPS pendant 4 années avant de prendre à la demande du recteur de Grenoble la responsabilité de l’ensemble de la formation initiale et continue de l’académie. Et ce fut un tournant dans ma carrière car la vision globale du système que m’a permis ce poste, m’a engagée ensuite à devenir inspectrice d’académie adjointe en haute Savoie puis responsable du département de l’Ariège avant de partir 4 ans comme vice-recteur à Mayotte. De retour, j’ai été nommée par le ministre le 26 septembre dernier, date de la JNSS au poste de directrice nationale de l’UNSS

  • Avez-vous toujours eu un parcours de femme engagée et à responsabilités ?

Si je me retourne sur ce que j’ai fait je ne peux alors que répondre par l’affirmative. Mais ce qui est sûr c’est que je ne me suis jamais posée cette question ainsi. Je crois avoir toujours eu de la chance dans mon parcours car j’ai rencontré des hommes et des femmes qui soit m’ont fait confiance, soit m’ont vu arriver au bon moment et ont au fur et à mesure compris qu’ils pouvaient me faire confiance.

Ce que je retiens de ma mobilité professionnelle, tant fonctionnelle que géographie, c’est que nous devons être fiers de notre Ecole et de ses ambitions et que l’idée de service public est une idée noble qu’il nous faut défendre et protéger à tout prix. Et pour se faire, seul l’engagement et la prise de responsabilités sont de nature à inscrire une dynamique et un accompagnement qui tiennent compte des évolutions sociétales et du public auquel on s’adresse.   

  • Quelles sont les actions marquantes de ces derniers mois en temps que directrice ?

Il est difficile de faire ressortir une action tant il y a une multitude de choses qui sont faites dans les territoires au sein des associations sportives et grâce aux initiatives des responsables UNSS. Mais pour ne pas éluder la question, je peux dire que ce qui m’a marqué depuis ma prise de fonction c’est surtout les sourires et les effusions de joie qui existent sur tous les plateaux où le sport scolaire se réalise.  Que ce soit lors de compétitions, d’un niveau académique national ou international, que ce soit lors de temps événementiels ou promotionnels, partout sur tous les territoires de métropole et des Dom, « grands et petits », « élèves enseignants et parfois parents et chefs d’établissement » forment une équipe et vive un, des moments exceptionnels et qui laissent une empreinte forte pour longtemps voire toujours. Et pour aller plus avant je peux affirmer que le sport scolaire apporte la preuve que quand on fait confiance aux jeunes ; ils savent s’engager, aller au bout d’eux-mêmes, s’engager dans des fonctions diverses avec sérieux et réussite. L’UNSS c’est vraiment pour les jeunes et de plus en plus par les jeunes, et c’est pour moi une fierté.  

  • Une étude est sortie récemment sur les adolescents en surpoids. Ce phénomène touche principalement les filles à l’âge du collège. L’enjeu de l’éducation physique sportive et par conséquent de l’Education Nationale est primordial. Quel est le positionnement de l’UNSS sur la question de l’obésité? Du sport santé ? 

L’UNSS a pour slogan « l’UNSS c’est plus que du sport ». Par cette assertion nous souhaitons insister sur le fait que le sport peut en général, et doit en particulier à l’école, lieu de formation, être un outil au service de la  connaissance de soi, de la compréhension du monde, mais aussi de toutes les grandes causes nationales dont la santé. Parmi ses objectifs l’UNSS insiste sur la création dès le plus jeune âge d’un habitus de pratique sportif. Ainsi il s’agira par ce biais de travailler à titre préventif auprès des jeunes pour lutter contre la sédentarité, la mal bouffe et toutes les conduites relevées chez les jeunes qui sont souvent le reflet de ce que la société leur propose ou les adultes leur montrent. Encore une fois notre rôle est éducatif et doit donner à comprendre par le sport quelles sont les bonnes pratiques et conduites.   

  • Quels seront les priorités de l’UNSS cette année? 

Opérateur de l’Education nationale, l’UNSS se doit de mettre en œuvre l’ensemble des priorités de notre ministre. Dès lors l’égalité des chances et l’acceptation des différences restera un dossier majeur avec notamment « sa lycéenne » dupliquée cette année dans 15 territoires. Mais plus encore l’UNSS restera un moyen de faire valoir par le sport les valeurs de l’école de la République.   le premier événement que nous allons d’ailleurs mettre en œuvre cette année sous le haut patronage  du  Ministre Jean Michel Blanquer et de la sénatrice Morin Desailly présidente de la commission éducation et culture au Sénat sera le 30 septembre le prix Ethic’action fer de lance de nos activations autour de la lutte contre toutes les formes de discriminations. Par ailleurs nous finalisons notre candidature aux Gymnasiades, que nous présenterons le 29 novembre à Zagreb ;  très gros projet qui comme nous l’avons annoncé sera « pour les jeunes et par les jeunes », « sur tous les territoires » même si la Normandie accueillera l’évènement, « des jeux avant les jeux », et « des jeux pour tous », qui pour la première fois verrons des compétitions de jeunes valides et non valides se dérouler en même temps.  

Et puis tout en valorisant et en poursuivant les 250 000 activations réalisées partout dans les territoires grâce à l’ensemble de nos cadres en région que je remercie vivement, notre attention sera particulièrement orientée sur : le développement durable, la valorisation des compétences construites par les jeunes dans les associations sportives en lien avec leurs  parcours professionnels,  et enfin  les jeunes reporters.   

La Redaction
18.11.2019