Camila Copain, porte-drapeau et sportive sur tous les fronts
À la rencontre des sportives

Camila Copain, porte-drapeau et sportive sur tous les fronts

Assia Hamdi
16.01.2020

Porte-drapeau de l’équipe de France lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse, à Lausanne, Camila Copain, 16 ans, entrera en lice le 19 janvier, pour l’épreuve de monobobsleigh. Découverte d’une jeune athlète curieuse de tous les sports, et qui porte un projet fascinant.

Elle est encore sur son nuage. Le 9 janvier dernier, lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2020 à Lausanne, la bobeuse Camila Copain a eu l’honneur d’être le porte-drapeau de la France. Un moment « unique » pour la jeune athlète, dans la Vaudoise Arena. « Il y avait tellement de personnes, je ne savais pas où regarder…j’ai tout simplement savouré l’instant… ».

D’ici à la compétition de bobsleigh, le 19 janvier, Camila passe ses journées à se préparer, sur le site de Saint-Moritz. « Je fais des entraînements physiques, avec de la musculation, et un peu d’athlétisme pour travailler la poussée. » Lorsqu’elle ne peaufine pas ses performances, la native du petit village savoyard de Douchy passe du temps avec d’autres athlètes de différentes nations. « Et je révise mes cours aussi ! »Camila Copain est en classe de seconde professionnelle ARCU (accueil, relations clients et usagers). « J’ai préféré prendre une voie professionnelle que générale pour pouvoir suivre à la fois le sport et les études. »

Le sport a toujours beaucoup compté pour Camila Copain. Elle en a pratiqué depuis ses quatre ans, et pas qu’un peu. « J’ai fait du patinage étant petite. Ensuite, je suis allée vers le ski en club ». La championne a aussi fait de la danse, de la gymnastique, du VTT… Et puis, il y a trois ans, c’est le bobsleigh qui l’a séduite. « J’ai participé à une détection, au printemps 2017, à Albertville ». L’épreuve consistait à pousser un chariot sur 30m et à réaliser les meilleurs chronos. Camila a été retenue par Alexandre Vanhoutte. « Camila n’est pas quelqu’un qui aime se mettre en avant, raconte celui qui est toujours son entraîneur. Mais elle est une vraie compétitrice. C’est aussi une jeune fille trèsjoviale ! » Le bobsleigh a éloigné Camila de l’équitation, son autre passion, qu’elle a pratiqué de 10 à 14 ans. Mais elle ne l’oublie pas. « Aujourd’hui encore, on doit toujours s’arrêter sur la route dès qu’on croise un cheval… », raconte avec affection son coach.

« J’ai envie d’aider, de défendre la population. » 

Née en Colombie, Camila Copain pratique aujourd’hui du monobobsleigh, une variante moins connue que le bobsleigh à deux ou à quatre. « Quand ce sont des équipes, chacun a un rôle. Là, je dois à la fois pousser et piloter le bob. Mais j’aime ça ! » L’athlète aime « la vitesse et l’adrénaline » que lui procurent son sport. « J’aime aussi le fait que le bob soit peu pratiqué par les filles. Je pense que j’aime les difficultés ! »

Pour ces Jeux Olympiques de la Jeunesse, Camila espère faire un top 5, mais elle serait « très heureuse » d’atteindre le top 3 au classement final. Quant à voir un peu plus loin, à se projeter, Camila ne sait « pas encore » si elle continuera encore longtemps le bobsleigh. Par contre, elle a un objectif bien précis en dehors du sport : « Je souhaite être militaire. Et de préférence dans les Chasseurs Alpins, parce que j’adore le milieu montagneux, mais aussi la cohésion de groupe. J’ai envie d’aider, de défendre la population. » Représenter de nouveau son pays, mais peut-être autrement ?

Crédit photo : CNOSF/KMSP

Assia Hamdi
16.01.2020