À la rencontre des sportives

Aline Clément, gravir des sommets pour l’égalité

Claire Smagghe
17.08.2020

Aline Clément est à quelques mois près, la plus ancienne coureuse de l’aventure Donnons des Elles au Vélo. A 40 ans, cette professeure d’EPS gravit les sommets et avale les kilomètres chaque été depuis 3 ans pour promouvoir le cyclisme pour les femmes et militer pour le retour d’une course à étapes. Passionnée de sports d’endurance, qu’elle pratique sur sa terre vosgienne, ce projet est l’aboutissement de son parcours sportif et militant.

Depuis le plus jeune âge, le sport fait partie intégrante de sa vie. C’est avec le football et le tennis qu’elle entame son parcours d’athlète. Très jeune déjà, s’affranchir de certaines barrières faisait partie de son quotidien. « Quand j’étais petite, j’ai commencé le football avec mes frères. A l’époque, je me suis demandée si moi aussi j’avais le droit. Mes parents ont tout de suite accepté et j’ai joué toute mon enfance et adolescence avec les garçons. Jusqu’à ce que ça ne soit plus autorisé par le règlement fédéral ». Si l’intégration dans l’équipe semble parfaitement réussie, Aline se rappelle les railleries lorsqu’elle foulait les crampons sur les terrains adverses. « J’étais protégée par les copains face aux critiques des adversaires. D’ailleurs, j’ai souvent été capitaine. A la fin du match, j’avais le respect parce que je me débrouillais bien. Mais à chaque match, il fallait à nouveau faire mes preuves pour être respectée sur le terrain. J’avais envie de prouver que nous aussi les filles, on sait jouer au foot. J’ai pu les remettre en place juste en faisant mon boulot sur le terrain. Une espèce de challenge à chaque instant finalement », explique l’azmontaine. 

Le vélo pour remonter la pente

Plusieurs blessures au genou mettent un terme à son parcours de footballeuse et de tenniswoman. Le vélo apparait alors dans la vie d’Aline à des fins de rééducation avant de devenir une passion. « Avec la natation, c’était la seule chose que je pouvais faire. Je me suis inscrite à Bruyeres Triathlon. J’ai pris ma première licence en 2003. Le but au départ, c’était de bénéficier des créneaux piscine. De fil en aiguille, je fais un peu de vélo. D’abord comme mode de transport jusqu’au plaisir de faire des sorties vélo. En 2006, je m’inscris à un premier triathlon petit format. Puis le volume d’entrainement était de plus en plus important ». En 2011, elle fait son premier triathlon XL de Gérardmer (1,9 km de natation, 93 km de vélo et semi-marathon – 1900 m de D+). Pour la première fois cette année, la vosgienne ne prendra pas le départ, en raison de la crise sanitaire.

Aline Clément – Donnons des Elles au Vélo 2020
Copyright Photos : Marie Istil

Du défi sportif à l’engagement associatif

En 2017, Aline découvre Donnons des Elles au Vélo grâce à l’application Strava (réseau social de suivi d’activités d’endurance) et se projette instantanément. Adepte des épreuves longues, c’est d’abord le défi physique et la montagne qui l’ont attiré avant de s’identifier davantage au projet. « En cherchant davantage, je me suis rendue compte que le projet me correspondait tout à fait. A ce moment là, je me suis dit, relever ce défi donnerait du sens à ma pratique sportive quotidienne. »

Un an plus tard, la vosgienne est sélectionnée dans l’équipe qui prendra le départ de l’aventure. Le département lui offre une visibilité considérable, les regards changent. « Au début, j’avais l’impression d’être vue différemment alors que je n’avais pas changé. J’étais toujours la même. Les grands champions vosgiens connaissaient mon nom parce que le département me mettait en valeur. Il y avait un décalage entre comment je me voyais et la manière avec laquelle les gens me regardaient. De fil en anguille, j’ai accepté ce rôle et je fais en sorte de pouvoir partager toutes les valeurs du projet avec les gens qui s’y intéressent », raconte la professeure d’EPS.  

En 2018, lors de l’arrivée sur les Champs-Elysées, Aline n’a qu’une seule envie, continuer et repartir. Une seule crainte existait : que l’aventure soit terminée définitivement. Aujourd’hui, elle fait partie du bureau du club omnisport qui pilote ce projet et n’imagine pas qu’un jour le projet puisse avoir lieu sans elle. Cette année, l’étape Clermond-Ferrand – Lyon a fait office de consécration dans son parcours militant. « Le patron du Tour de France masculin a fait l’honneur de sa présence au moment du départ et a confirmé qu’il travaille à l’organisation d’un Tour de France féminin pour 2022 et la tenue d’un Paris-Roubaix à la fin de l’année ». Les efforts finissent toujours par payer !

Propos recueillis par Claire Smagghe 

Claire Smagghe
17.08.2020
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.