Fabien Proust : «Sur 16 millions de licenciés, nous sommes sur une moyenne de 1 signalement par jour»

134 écoutes
Podcast

Fabien Proust : «Sur 16 millions de licenciés, nous sommes sur une moyenne de 1 signalement par jour»

31 min
27.04.2023

En 2020, sous l’impulsion de Roxana Maracineanu, la cellule signal sport est lancée pour recueillir la parole des victimes de violence à caractère sexuel dans le milieu du sport. Mais alors comment les témoignages sont-ils traités ? Quel est l’impact de ces signalements ? Des questions auxquelles Fabien Proust, membre de la cellule signal sport, va nous répondre dans ce second épisode de la saison 2 du podcast Les Sportives ! 

Un an après l’ouverture de cette cellule, ce ne sont pas moins de 421 personnes qui sont mises en cause avec 397 signalements émis. Fabien Proust précise que son travail consiste à faire «l’interface entre les services déconcentrés jeunesse et sport, vers lesquels on transmet le signalement, et les fédérations et les victimes.»

 

855 signalements en 3 ans

Au 31 décembre 2022, on décompte 855 signalements, et 907 mises en cause. Fabien Proust nous précise que « La cellule reçoit environ une centaine de mails par jour, heureusement ce ne sont pas que des signalements. […] Sur 16 millions de licenciés, nous sommes sur une moyenne de 1 signalement par jour.» A l’ouverture de la cellule, une grande partie des cas étaient anciens «par exemple certains parlent de faits qui datent de 1978. Il est très important que les victimes puissent le signaler.» Quand les faits datent de 30 ans en arrière, il n’est pas facile de retrouver les concernées, ni de mener une enquête.

Il est important de préciser que cette cellule n’a pas de lien direct avec la justice sachant que l’enquête administrative est complètement indépendante de l’enquête judiciaire, «nos services départementaux peuvent prendre attache auprès du procureur de la république du département pour savoir notamment si une plainte a été déposée, et demander au procureur ou en est l’enquête si une plainte a été déposée.»

« Douze fédérations concentrent 66% des signalements.»

 

Des victimes mineurs et des mis en causes majoritairement masculin 

Fabien Proust révèle à Mejdaline Mhiri des chiffres déconcertants : 83% des victimes sont des mineur.e.s. Les femmes sont elles victimes à 78% d’actes d’agression sexuelle contre 18% pour les hommes. « Les victimes sont majoritairement féminines. […] Nous avons essayé de faire un distinguo entre l’âge des victimes et le sexe. Les femmes sont à 40% victimes lorsqu’elles sont mineures de moins de 15 ans, et pour les hommes 47%. En revanche pour les hommes, ça se tasse pas mal, après 18 ans, nous n’en avons presque pas, ce qui n’est pas le cas pour les femmes.» Des chiffres effarant qui présente la femme comme «une victime potentielle à vie».

Près de 65% des mis en cause pour violences sexuelles sont éducateurs et 17% sont des exploitants dirigeants (secrétaires, directeurs, trésoriers …) « Nous avons décider d’étudier un peu plus le profil de ses éducateurs pour s’apercevoir que 70% d’entre eux sont professionnels, alors qu’on aurait pu penser qu’il s’agirait plus d’éducateurs bénévoles.» Pourtant non, c’est près d’un tiers des mis en cause pour violences sexuelles qui ont un contrat professionnel avec un club, et les agresseurs représentent 96% d’hommes.  

 

« Aujourd’hui la population sportive est réactive et ne laisse plus passer »

Mejdaline Mhiri, Fabien Proust, Tahnée Lautre, et Marie Lopez Vivanco, lors de l’enregistrement de l’épisode du podcast Les Sportives.

_______

LE PODCAST by Les Sportives.

Journaliste : Mejdaline Mhiri

Réalisation, montage, photos : Marie Lopez-Vivanco

Chronique humoristique : Tahnee Lautre

Studio enregistrement : Brain Studio by Agence Thalamus

_______

 

Pour revoir la saison 1 : cliquez ici 

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ?
Proposez une correction à notre rédaction.