Tour de France Femmes avec Zwift Marion Rousse
Dans l'actu

Tour de France Femmes avec Zwift – Marion Rousse : « On sera encore là, et pour des années. »

Constance Vignaud
03.08.2022

Dimanche soir, le premier Tour de France Femmes avec Zwift s’est achevé dans les Vosges. Au milieu du brouhaha des spectateurs et de leurs cloches, Marion Rousse, tout sourire, est revenue sur ces huit jours de course.

Dans la logique des choses selon Christian Prudhomme, Marion Rousse se devait d’être son homologue pour le Tour de France Femmes avec Zwift. Au vu du succès de cette première édition, le choix est validé. La directrice de la course a vécu une expérience fantastique. « C’était huit jours incroyables, ça a été beaucoup d’émotions. Pour être honnête j’ai même versé ma petite larme au sommet de la Super Planche des Belles Filles. » L’ancienne cycliste a de quoi être fière. Tout a semblé aller comme sur des roulettes.

 

Un vrai succès sportif

Marion Rousse avouait ne pas avoir été « inquiète du niveau de performance des femmes » pour ce Tour de France Femmes avec Zwift. Les prouesses des filles ont confirmé sa confiance, « elles ont prouvé une nouvelle fois qu’elles méritaient amplement » leur place. L’ogresse Annemiek van Vleuten était la favorite et dimanche elle a encore fait subir sa dure loi.

« Malgré la malchance, malgré le fait que les équipes ne lui ont pas fait de cadeaux, elle a montré que c’était la plus forte. »

Pour la Nordiste, c’est son expérience et sa parfaite connaissance de soi-même qui l’ont aidé à triompher. Elle a aussi tenue à insister sur le fait que les équipes invitées qui se sont battues même si « elles savaient que ce serait dur pour aller chercher des victoires d’étapes. Comme pour les équipes invitées sur le Tour chez les hommes. » En citant « Séverine Eraud qui a terminé seule de son équipe a été présente dans le peloton maillot jaune pendant un long moment » ou Coralie Demay qui « ont plus qu’honoré leur sélection. »

⏩ À lire aussi : Tour de France Femmes avec Zwift : Un peloton pas encore homogène ?

Le public au rendez-vous

Tour de France Femmes avec Zwift

30/07/2022 – Tour de France femmes avec Zwift 2022 – Etape 7 – Selestat / Le Markstein Fellering (127,1 km) – ©A.S.O./ Thomas Maheux

Le succès populaire était sûrement la plus grosse question à l’approche de la première édition du Tour de France Femmes avec Zwift. Si Marion Rousse espérait surfer sur la vague de la compétition masculine, comment en être sûre ? Le pari est réussit. « La foule été présente, encore là dans les derniers kilomètres. Ça encourageait, ça criait, c’était un vrai Tour de France. Je ne m’attendais pas à autant de monde, autant d’engouement. Ni à ce que les gens jouent le jeu à se déguiser, à avoir des panneaux sur le bord des routes. » La folie de la France de juillet s’est donc prolongée de huit jours ce qui « a été beaucoup d’émotions. »

« Ça dépassait les frontières du sport. »

Autre surprise pour la directrice de course, les audiences télévisuelles. Sur France 3 un pic à 5,1 millions a été enregistré lors du final de la Super Planche des Belles Filles. « C’était à la hauteur de ce qu’on espérait, même un peu plus haut donc on se dit vivement l’année prochaine ! Merci à toutes les filles parce que c’est grâce à elles. Parce que ça vaut le coup de regarder, tout simplement. » On n’aurait pas pu dire mieux.

⏩ À lire aussi : FDJ-Suez-Futuroscope – Flavien Soenen : « Toutes les filles pouvaient envisager d’être sur le Tour de France »

Une suite pour le Tour de France Femmes ?

Il semblerait que la route du Tour de France Femmes avec Zwift ne s’arrête pas en si bon chemin. Marion Rousse confiait que « maintenant qu’on est lancés je ne vois pas pourquoi on ferait machine arrière. Je pense qu’on est plus dans une optique d’en faire plus que d’en faire moins. On l’a montré à la Terre entière (NDLR, retransmission dans plus de 190 pays). »

« Bien sûr qu’on sera encore là, et pour des années. »

Néanmoins, la jeune maman ne veut pas encore se « projeter sur l’année prochaine alors qu’on vient de franchir la ligne. » Elle sait toutefois qu’il « y aura certainement des choses à changer. On va faire un point dans quelques jours pour voir les points à améliorer. C’était une première année, on a envie d’évoluer dans le bon sens. C’est la priorité. » Elle espère bien profiter de la caisse de résonance qu’octroie l’appellation Tour de France pour faire grandir les femmes cyclistes sur le sol français et à l’international.

Propos recueillis par Niamh Lewis

Crédits photo : A.S.O./Thomas Maheux

Constance Vignaud
03.08.2022

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ?
Proposez une correction à notre rédaction.