paris2024-201207-annonce-parite-50-50-fr-16-9eme
Dans l'actu

Paris 2024, les premiers JO strictement paritaires de l’histoire

La Redaction
08.12.2020

Ce mardi, le CIO a confirmé que les Jeux de Paris 2024 seraient les premiers à afficher une stricte parité entre les femmes et les hommes, parmi les 10 500 athlètes qualifié·e·s.

Clin d’œil de l’histoire, c’est à Paris, en 1900, que les Jeux olympiques s’ouvrirent pour la première fois à la participation des femmes. Elles étaient à l’époque 22 pour 975 athlètes hommes (soit 2 %). Berceau de l’olympisme avec l’action du baron Pierre de Coubertin, la France a souvent initié des innovations qui ont trouvé une place durable dans l’histoire olympique. Le premier village olympique fut ainsi érigé lors des Jeux de Paris 1924, et la première mascotte fut dévoilée lors des Jeux d’hiver de Grenoble en 1968.

Attendue et souhaitée pour des Jeux à l’image de la société, cette parité va dans le sens d’une évolution déjà engagée par le CIO, puisqu’il y aura 48,8 % d’athlètes femmes à Tokyo l’année prochaine.

Huit nouvelles épreuves, mixtes, sobres et spectaculaires

Suite aux propositions des fédérations internationales, le CIO a dévoilé les huit nouvelles épreuves qui intègreront le programme sport de Paris 2024, en remplacement des huit épreuves appelées à quitter le programme des Jeux :

  • Une nouvelle épreuve mixte en athlétisme (pour remplacer le 50 km marche).
  • Une nouvelle catégorie de poids chez les femmes en boxe (pour remplacer une catégorie de poids chez les hommes).
  • Deux nouvelles épreuves de slalom extrême en canoë (pour remplacer deux épreuves de canoë course en ligne).
  • Trois nouvelles épreuves mixtes en voile, dont le kitesurf mixte et le “470” mixte (pour remplacer les épreuves hommes et femmes de “470”, et le “Finn” hommes) ; la troisième épreuve pourrait être la course au large mixte (son introduction au programme est soumise à des études complémentaires sur les coûts, la sureté et la sécurité des athlètes, dont les conclusions seront communiquées le 31 mai prochain).
  • Une nouvelle épreuve de « skeet » par équipe mixte en tir (pour remplacer l’épreuve de « trap » par équipe mixte).

Ces nouvelles épreuves, proches de la nature, spectaculaires et modernes, sont cohérentes avec l’identité des Jeux de Paris 2024.

Adaptées à un monde post-Covid 19 et aux ambitions communes du CIO et de Paris 2024 pour des Jeux plus sobres et durables, elles remplacent systématiquement une autre épreuve du même sport déjà au programme des Jeux, sans athlète supplémentaire, s’insèrent dans des sites déjà existants, et respectent ou voire contribuent à la parité intégrale femmes/hommes des Jeux de Paris 2024.

Déterminé à limiter les coûts, le CIO a également annoncé que les Jeux de Paris respecteront le quota total de 10 500 athlètes prévu dans la charte olympique (en intégrant les quatre nouveaux sports au programme) et qu’ils afficheront une réduction du nombre total d’épreuves, celles-ci passant de 339 à 329.

Quatre sports connectés à leur époque 

La validation par le CIO des quatre sports additionnels proposés par Paris 2024 – le breaking, l’escalade, le skateboard et le surf – met fin à un processus de travail enclenché en février 2019 avec les fédérations internationales concernées.

Conserver la tradition olympique tout en la renouvelant par des choix audacieux, c’est le pari de Paris 2024 qui proposait des sports résolument tournés vers la jeunesse et répondant à de nouvelles façons de vivre le sport.

Des sports à la fois athlétiques et créatifs, moyens d’expressions et styles de vie, qui se pratiquent hors des stades traditionnels, en ville comme dans la nature, et se partagent sur les réseaux sociaux. Des sports proposant une parité parfaite et accueillant un nombre limité d’athlètes, pour des Jeux responsables et durables.

La Redaction
08.12.2020
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.