Dans l'actu

Le football feminin français fête ses 50 ans et 200 000 licenciées

AB
29.03.2020

C’était il y a 50 ans : le 29 mars 1970, la Fédération Française de Football reconnaissait la pratique féminine, rendant le football accessible aux femmes en France. 50 ans plus tard, la barre des 200 000 licenciées vient d’être franchie.

Face au développement de la pratique féminine, l’assentiment du Conseil fédéral, présidé par Jacques Georges, en 1970, le 29 mars, à Cannes, laisse entrer les femmes licenciées dans les clubs de la FFF. C’était à l’occasion d’une réunion du Conseil fédéral au sein duquel ne siégeait aucune représentante du sexe dit “faible”. Mais le militantisme des tenantes du ballon rond au féminin a fait son œuvre pour insinuer dans les esprits masculins l’idée que le football pouvait se conjuguer selon un genre différent.
Elles seront 2 170 en cette première saison d’existence. Un an plus tard, le 17 avril 1971, l’Équipe de France féminine disputera son premier match officiel en recevant et dominant les Pays-Bas (4-0). Et il faudra attendre 1974 pour assister à la naissance du Championnat de France de D1 féminine.

Du côté des voisins européens, alors qu’une Coupe du monde se jouait en 1970, gagnée par le Danemark, d’autres tournois ont suivi, mais toujours non officiels. Au tournant de 1970, de nombreuses fédérations européennes reconnaissent enfin à nouveau le foot féminin. Il y a avait pourtant longtemps que les femmes avaient enfilé le short dans l’Hexagone puisque le premier match référencé les impliquant remonte au 30 avril 1917.

« À chaque fois qu’un club lance une section féminine, on a tout de suite de nombreuses inscriptions. Le foot féminin fonctionne de façon remarquable, »Noël Le Graët.

Mais jouer ne fait pas tout. Il faut aussi convaincre, lutter contre les préjugés, lever les réticences, franchir les obstacles que constituent le machisme et les moqueries.
D’autant que l’Histoire n’a pas œuvré dans le bon sens lorsque, en 1941, le régime de Vichy déclare la discipline “nocive” pour les femmes…

De 40 000 il y a sept ans à plus de 200 000 licenciées annoncées vendredi par Noël Le Graët président de la Fédération française de football : « C’est symbolique, c’est forcément une bonne nouvelle parmi toutes les mauvaises nouvelles, a commenté le dirigeant breton, faisant référence à la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus. On était à 40 000 (licenciées) il y a six, sept ans. Le foot féminin de province, de district, de ville, progresse. À chaque fois qu’un club lance une section féminine, on a tout de suite de nombreuses inscriptions. Le foot féminin fonctionne de façon remarquable. »

 

50 ans football féminin

AB
29.03.2020

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ?
Proposez une correction à notre rédaction.