Le premier Paris-Roubaix est entré dans l'histoire
Dans l'actu

Cyclisme : après un raid en solitaire, Lizzie Deignan remporte le premier Paris-Roubaix féminin

Constance Vignaud
02.10.2021

Elles étaient toutes présentes, prêtes à en découdre pour remporter ce premier Paris-Roubaix de l’histoire. Et la Reine des classiques a sacré sa première reine, Lizzie Deignan. Sa victoire sur les pavés a été lancée à 82km de l’arrivée, en solitaire.

Aujourd’hui, à 13h35, elles sont 129 à être rentrées dans l’histoire en s’élançant sur les 116,4km qui séparaient Denain du vélodrome de Roubaix. Plusieurs ont essayé de s’échapper sur les trente premiers kilomètres de course. Sans succès. La coureuse de la Trek Segafredo a tenté sa chance sur le premier secteur pavé. Plus personne ne l’a revue. Un exploit en solitaire digne du calibre de l’Enfer du Nord. Elle aura frôlé la chute à plus d’une reprise sur des pavés rendus glissants par la pluie qui s’est invitée sur la fin de course. Mais talentueuse pilote, elle est restée en selle pour s’imposer comme la nouvelle Reine.

Réaction trop tardive des autres favorites

Le peloton a quant à lui été rapidement décimé par les chutes et les crevaisons. A mi-course, elles n’étaient plus qu’une quarantaine à prétendre au podium. A 20km de l’arrivée, dans un groupe réduit à dix coureuses, la Néerlandaise Marianne Vos a attaqué dans l’espoir de rejoindre la Britannique. Elisa Longo Borghini essaya de la suivre, mais ses difficultés sur les pavés l’en empêcheront. Une lutte jusqu’au bout contre le retour de l’Allemande Lisa Brennauer. Côté français, Audrey Cordon-Ragot se classe 8e après avoir joué les équipières de luxe pour la vainqueure et pour Elisa Longo-Borghini.

A jamais dans l’histoire

Lizzie Deignan, championne du monde sur route en 2015 a inscrit son nom dans l’histoire du cyclisme. Première gagnante de Paris-Roubaix, elle est aussi la seule à avoir fait briller son drapeau sur la plus haute marche du podium. Car oui, en 117 éditions, aucun britannique ne s’est imposé. Elle devient également la seule femme à avoir remporté les trois Monuments, classiques les plus importantes, après le Tour des Flandres en 2016 et Liège-Bastogne-Liège en 2020. Conscientes d’avoir marqué l’histoire de leur sport et d’avoir fait un grand pas en avant pour le cyclisme féminin, la plupart ont fini en pleurs. Gagnées par la fierté d’avoir couru l’Enfer du Nord et par la fatigue d’une course intense.

Crédit photo : Claire Smagghe

 

Constance Vignaud
02.10.2021
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.