Anne-Laure Florentin entame une mission de promotion du karaté féminin
Dans l'actu

Anne-Laure Florentin en mission pour « une égalité normale » dans le karaté

Xavier Regnier
22.07.2021

Tout juste retraitée après avoir renoncé aux Jeux olympiques, Anne-Laure Florentin est déjà de retour au combat. Le Ministère des sports l’a chargée d’une mission pour développer le karaté au féminin.

Le karaté n’est pas à proprement parler un bastion masculin, puisque la fédération compte 36 % de licenciées femmes. Il reste cependant beaucoup à faire pour atteindre l’égalité. C’est le sens de la mission confiée par le Ministère des Sports et la Fédération française de karaté à Anne-Laure Florentin. La triple championne d’Europe avait mis fin à sa carrière en avril dernier.

« Il s’agit d’un plan d’actions pour promouvoir et contribuer à développer la pratique féminine », contenant un volet sur la prévention des violences, notamment sexuelles, précise-t-elle à sa fédération. Un partenariat avec l’association Fight for Dignity est ainsi sur les rails, tout comme la mise en place de webinaires pour mettre en avant les femmes, sportives ou non, dans la fédération. La mission vise donc à accroître le nombre de pratiquantes mais aussi à leur proposer « une pratique plus riche car plus complète, plus harmonieuse, comme la présence des femmes au cœur de la société a permis de le faire de façon globale ».

Un volet sur les violences sexuelles

Anne-Laure Florentin se refuse à parler de « problématiques » concernant la pratique féminine, pour évoquer plutôt des « thématiques ». Mais la question des violences sexuelles est bien un problème. Sur ce sujet, la karatéka souhaite s’inscrire dans les pas de l’action du ministère. Trois axes sont retenus : accompagner les victimes, sensibiliser, mais aussi réfléchir plus largement à la question de la violence. « Je ne ressens pas de brutalité particulière au sein du karaté », précise-t-elle, soulignant, « la valorisation dans notre culture de certaines valeurs, de certains comportements, comme le respect ou la courtoisie ».

Pour la jeune retraitée, cette mission est un moyen d’atteindre « une égalité normale » à travers ces différentes actions, de la valorisation des athlètes féminines à la lutte contre les violences en passant par une augmentation du nombre de licenciées. Un chemin qui passe aussi par une plus forte représentation des femmes dans les instances dirigeantes. Une place qu’elle vient donc occuper.

Crédit photo : Fédération française de karaté

Xavier Regnier
22.07.2021
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.