Dans l'actu

Alice Milliat fait (enfin) son entrée au CNOSF

Mejdaline Mhiri
09.03.2021

Lundi 8 mars, la sculpture représentant Alice Milliat a été dévoilée au siège du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) dans le 13ème arrondissement de la capitale. L’œuvre d’art est désormais installée dans l’entrée du bâtiment et accueille les visiteur·se·s aux côtés de la statue du baron Pierre de Coubertin.

Le père des Jeux olympiques modernes est aussi célèbre pour avoir été un progressiste particulièrement visionnaire. Il avait par exemple déclaré lors des Jeux de Stockholm en 1912 : « Une olympiade femelle serait impratique, inintéressante, inesthétique et incorrecte. Le véritable héros olympique est, à mes yeux, l’adulte mâle individuel. Les JO doivent être réservés aux hommes, le rôle des femmes devrait être avant tout de couronner les vainqueurs. »

Alice Milliat (1884-1957), contemporaine de l’aristocrate, s’est battue toute sa vie pour l’égalité de chacun·e dans le sport. Pratiquante de nombreuses disciplines et particulièrement d’aviron, la Nantaise a notamment fondé en 1921 la Fédération sportive féminine internationale puis les Jeux mondiaux en 1922 pour protester contre la quasi absence des femmes aux Jeux olympiques. 

Depuis plusieurs années, une fondation a été créée pour réhabiliter Alice Milliat et ses combats. Emmanuelle Bonnet-Ouladj, membre du conseil d’administration du CNOSF et co-présidente de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) a été à l’initiative de cet événement avec un groupe de convaincu·e·s. Dont Jean-Pierre Siutat, président de la Fédération française de basket-ball, Ayodelé Ikuesan-Oudart, membre de la commission des athlètes de haut niveau du CNOSF ou encore Béatrice Barbusse, sociologue et vice-présidente de la Fédération française de handball. 

Mejdaline Mhiri

Les étudiant.e.s de l’Ecole nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art ont réalisé cette oeuvre d’art.
Crédit : M.M

 

 

Mejdaline Mhiri
09.03.2021
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.