Chroniques des ambassadrices

Isaline Sager-Weider, les débuts de saison

Isaline Sager-Weider
12.09.2023

Nouvelle chronique, la 10e, d’Isaline Sager-Weider, joueuse professionnelle de volley-ball depuis 2007. Elle évolue au poste de contreuse centrale. Joueuse de l’équipe de France depuis 2012 et vainqueure de la Golden League en juin 2022, elle a remporté la médaille de bronze au championnat du monde militaire en juin 2018. Elle est également vice-championne de France avec l’ASPTT Mulhouse volley de 2009 à 2012, et trois fois championne de France espoir de 2007 à 2009. Elle est engagée dans le syndicat des joueurs Prosmash et en faveur du volley santé.

16 aout 2023. Cette nuit le sommeil à largement tardé. Comme à chaque reprise de saison, qui est un peu notre « rentrée des classes » à nous, j’ai eu du mal à m’endormir. Je ressens un mélange d’émotions contradictoires. L’excitation et l’impatience s’expriment les premières car j’ai vraiment hâte de reprendre le travail physique de présaison. Cet état est contrebalancé par la peur. La peur que cette saison, si particulière pour moi, soit difficile à vivre. Un joyeux mélange englobé par une certaine sérénité certainement due à mon expérience. Deux mois séparent cette rentrée des classes du premier match de championnat. Sept semaines sans match officiel. Sept longues semaines à mettre son corps à l’épreuve afin de le préparer au mieux pour qu’il encaisser cette multitude de matchs qui vont s’enchaîner jusqu’en mai.             

Pourtant, j’ai continué à m’entrainer cet été grâce aux différents stages de l’équipe nationale. Moi oui, mais pas toutes les filles. Certaines sont en vacances depuis le mois de mai et d’autres sont et seront encore avec leurs équipes nationales jusqu’à la reprise du championnat en octobre. Les joueuses et membres du staff arriveront donc au compte-goutte en fonction de leurs compétitions internationales respectives. Ces délais sont même parfois allongés par des soucis administratifs concernant les visas de travail.

« le début de saison c’est « toujours une nouvelle aventure qui commence »

Crédit photo : Jean-Pierre Kieffer

Crédit photo : Jean-Pierre Kieffer

Chaque saison est une découverte. Nouveau club, nouvelle ville, nouveau staff, nouvelles coéquipières, nouvel appartement, nouveau gymnase, nouveau public, nouveau fonctionnement. Cette nouvelle page est le synonyme d’un recommencement. Tout est alors possible à cette période de reprise : la conquête d’un titre, le droit de rêver à nouveau, d’y croire, de se dire que cette saison sera spéciale et pourquoi pas la meilleure de notre carrière ? La possibilité de vivre des émotions extraordinaires, d’apprendre, de grandir, de peut-être même se réinventer. Anaïs m’explique que pour elle, le début de saison c’est « toujours une nouvelle aventure qui commence, peu importe que beaucoup de joueuses aient re-signé ou non. Il y a les retrouvailles avec les visages connues et la découverte des nouvelles venues. Cela change toujours les dynamiques d’équipe. Il y a aussi un peu de pression. Ou ce devoir de créer un groupe plus rapidement que les autres équipes pour être plus performantes. Cette volonté de dépasser la somme des individualités pour devenir vite un collectif soudé, même si, on le sait bien, celui-ci ne cesse de se développer au cours de la saison ! Et tant mieux Cette (re)découverte d’un club à l’aube d’une nouvelle saison est toujours un excitant défi ».

Cette période est également le moment des rencontres amicales, le moment où la concurrence et les déceptions liées aux défaites n’entachent pas encore les relations humaines. On fait des sorties ensemble, on part en tournoi de préparation à l’étranger couplé avec des activités ludiques d’équipe, en bref, l’ambiance est au beau fixe. Quelques weekends sont encore libres, chacun a envie de montrer la meilleure version de soi. Chacun rentre ressourcé (plus ou moins) de son temps de vacances. Chacun revient avec la même envie de faire une belle saison donc se met au service du collectif. Pour Julie, « tout est un peu faussé, c’est avec le temps que tout le monde se connaît vraiment et que les choses solides se créent. Grâce à mon expérience, je prends du temps dans mes rapprochement. Souvent les meilleures copines des premiers jours ne le sont plus ensuite. Il faut absolument faire preuve de patience ».

« La nouveauté donne une énergie supplémentaire, le changement entraine un sursaut de motivation. »

Construire l’équipe, lui trouver une identité de jeu et des valeurs communes à tous. Comprendre la communication verbale ou non verbale de chacun de mes interlocuteurs. J’aime cette découverte. C’est tout de même la rencontre des nouvelles personnes qui feront partie de ma vie quasi-quotidienne, au minimum le temps de cette saison. Cet apprentissage des nouvelles méthodes d’entrainement, de managérat est primordial et surtout enrichissant et enthousiasmant. Il faut s’adapter vite et bien et rentrer dans une sorte de « moule » de fonctionnement. Le coach est au cœur de cette découverte, il est notre interlocuteur principal et prioritaire. Il expose souvent, au cours d’une réunion préambulaire, sa manière de fonctionner, ses « règles » (les fameuses !!), l’organisation globale du club, les déplacements lors des matchs à l’extérieur, les systèmes de jeu, les attentes du club et des dirigeants.

              De nombreuses raisons justifient la non-reconduction d’un contrat : les causes financières, les causes sportives, les choix des coachs, les caractères parfois incompatibles entre plusieurs interlocuteurs, l’envie de changement, l’envie de visiter le monde à travers le volley-ball. Tout comme il existe tellement de raisons d’avoir envie de rester dans un club. L’environnement sain, la géographie et rapprochement familial, le besoin de sécurité émotionnelle quand nous sommes dans un lieu où se trouvent aussi nos amis, les bonnes conditions salariales, les infrastructures médicales et sportives, l’Humain et tout simplement l’équilibre psychologique de la joueuse. Souvent, on quitte un lieu pour se donner un nouveau souffle après une « mauvaise saison ». On y croit à nouveau, on prend du plaisir, la nouveauté donne une énergie supplémentaire, le changement entraine un sursaut de motivation.

Tout comme, parfois, on change de club après une belle saison pour un projet plus ambitieux ou un meilleur salaire. Il se peut que ce choix, en définitive, ne soit pas toujours un pari gagnant. Une autre joueuse me fait part de son ressenti sur la période de reprise de saison : « A ce stade nous devons tout recommencer à zéro. A chaque fois, valises posées on regarde autour de nous et on se dit :  » mais qu’est-ce que je fous là ? La peur de l’inconnu prend le dessus le temps d’un instant. Vais-je me sentir bien ? Le club sera-t-il accueillant et familial ? Mes coéquipières seront elles gentilles et avenantes ? Est-ce que je me sentirai bien et vivante dans ma nouvelle ville ? Toutes ces questions qui me torturent jusqu’au jour de la reprise où toutes ces questions laissent place à ce que l’on sait faire de mieux, jouer. Ensuite tout s’enchaîne et nous sommes agréablement surprises de ce que l’on découvre chaque jour ».

Pour certaines joueuses, la décision de changer de club à l’intersaison n’est pas toujours un choix ! Parfois, le club ne souhaite pas nous reconduire alors que nous aimerions rester, il nous arrive également de ne pas avoir d’autre option que de signer dans le seul club qui veut nous recruter. Et dans ces cas-là, l’incertitude du début de saison peut se révéler très pesante : « Pour moi c’est étrange, si j’avais eu le choix je serais restée dans mon club. J’ai davantage la sensation d’avoir été arrachée de mon club, que d’avoir fait le choix d’aller ailleurs. Donc l’excitation de ce début de saison n’est pas du tout la même que la saison passée. Actuellement, j’essaye de m’adapter au mieux », me confie une autre joueuse. Après avoir vécu une saison pleine sportivement ou humainement et même parfois avec beaucoup de chance, les deux ! il est souvent plus difficile de changer de lieu de vie ou de club.

« Je reprends à 0, je peux montrer de nouvelles choses, travailler de nouvelles choses avec des méthodes différentes. »

              Les premiers tests physiques, les premières rencontres avec le staff, les dirigeants, les bénévoles, les supporters, la méthode proposée par le préparateur physique, la rencontre avec les kinés (qui deviendront bien souvent nos confidents), le type de construction des séances d’entrainement, la découverte du niveau de jeu de nos coéquipières et concurrentes, l’observation des uns et des autres, même les jugements, parfois trop rapides de temps en temps. Tout s’enchaine très vite, le rythme se met en place, les habitudes à l’entrainement et en-dehors, dans notre nouvel espace de vie, l’environnement. Se promener dans sa ville, découvrir (ou redécouvrir) un tout nouveau lieu, une nouvelle vie dans une nouvelle ville. Pour Lisa « c’est un peu Noël chaque début de saison surtout quand je découvre ma dotation de vêtements. Je reprends à 0, je peux montrer de nouvelles choses, travailler de nouvelles choses avec des méthodes différentes. Nos rôles (sur notre poste) changent également d’une équipe et d’un entraineur à l’autre en fonction de nos spécificités techniques et de la manière dont l’entraineur nous voit et compte sur nous. De plus, j’adore découvrir mon appartement, comment je vais pouvoir l’aménager et le décorer, où je vais mettre mes chaussures 😉 ».

              J’ai vécu bon nombre de ces cas de figure et avec le recul j’ai compris qu’il n’y a pas de mauvaises ou bonnes saisons mais juste de l’expérience, de l’apprentissage sur soi-même et sur les autres et un développement des capacités d’adaptations hors de la norme. J’ai eu l’opportunité de vivre deux saisons vraiment exceptionnelles dans ma carrière. Aucune de ces deux-là ne m’a rapporté de titre mais l’aventure humaine et l’enrichissement personnel que j’en ai tiré ont été incroyables.

Ce sera vraisemblablement ma dernière « reprise de saison », alors aujourd’hui j’irai courir plus vite, je pousserai plus en musculation et je donnerai le maximum de moi-même pour le dernier chapitre de ce livre de ma vie. Et en attendant de vous raconter la fin de l’ouvrage, je vous souhaite à tous une belle saison sportive.

 
Crédit photo de couverture : Manon Yankovitch
 

 

Isaline Sager-Weider
12.09.2023

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ?
Proposez une correction à notre rédaction.