« Jeunes Officiels UNSS » vers une génération responsable
À la rencontre des sportives

« Jeunes Officiels UNSS » vers une génération responsable

La Rédaction
10.07.2020

Beaucoup de fédérations sportives s’investissent dans la formation d’Officiels (arbitre, chronométreur, marqueur), mais dans cet univers, force est de constater qu’il y en a une qui a fait de cette formation un axe majeur de son développement : la fédération scolaire du second degré, l’UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire) à travers son programme : « Jeunes Officiels Vers une Génération Responsable ».

 

Née le 23 juin 1938 (Office du Sport Scolaire et Universitaire), sous le Front Populaire, de la volonté de Jean Zay (Ministre de l’Education) et Léo Lagrange (sous-secrétaire d’Etat aux sports) qui souhaitent, à cette époque, généraliser la pratique sportive scolaire et centraliser son organisation. En 1984, après diverses évolutions, la loi Avice ouvre de nouvelles perspectives éducatives à l’UNSS en définissant les objectifs de mission de service public du sport scolaire : sportif (faire pratiquer des activités sportives dans un cadre institutionnel d’état), éducatif (sensibilisation à la vie associative), culturel. En 1993, la Charte du Sport Scolaire du second degré précise les deux grandes orientations : la pratique du sport par le plus grand nombre dans le respect de l’éthique sportive et humaniste et l’apprentissage de la responsabilité, de la citoyenneté.

Depuis plus de vingt ans, l’UNSS s’inscrit donc dans la volonté de développer la pratique pour tous et en particulier des jeunes filles en leur proposant des évènements spécifiques comme La Lycéenne MAIF Run (une course pour le plaisir sans objectif de performance) mais aussi de former une génération responsable au travers du dispositif des « Jeunes Officiels UNSS ».

Lorsque ce dispositif existe dans une association, il y occupe une place centrale et permet d’amener certaines jeunes filles à l’impliquer davantage dans son association.

Nathalie Grand, Directrice adjointe à la direction Nationale de l’UNSS, explique « ce dispositif est considéré aujourd’hui comme la colonne vertébrale de notre fédération. Il permet à plus de 300 000 jeunes de 11 à 18 ans (dont près de 43% de filles) de se former à des missions essentielles de la vie associative telles que les missions d’arbitres et de juges, de dirigeants (Jeunes dirigeant, Vice-président), de Jeune Coach ou d’organisateurs (Jeune Organisateur, Reporters, Secouristes) ».

Les chiffres publiés montrent que l’UNSS est la Fédération sportive ayant le plus de licenciées avec 42% de ses adhérents. Parmi toutes ses jeunes filles, près de la moitié sont investies dans le dispositif « Jeunes Officiels » quelque soit le rôle et ce nombre augmente d’année en année.

La première volonté de développer ce projet au sein de l’association sportive d’un établissement est celle de l’équipe de professeurs d’EPS avec le soutien de l’équipe de direction et sous l’impulsion des organes déconcentrés de l’UNSS (département et académie). Qu’on soit jeune professeur comme Marion Guivarch (Collège de la Plaine des Glacis à la Ferté-Sous-Jouarre) ou plus expérimentée comme Chantal Guillaument-Caupène (Collège Léon Dautrement à Meyssac), le constat est le même : proposer aux élèves de s’engager dans la prise de responsabilités est un vrai atout dans leur développement personnel et scolaire, dans la construction des relations entre pairs mais aussi entre professeurs et élèves.

La diversité des rôles à tenir, qu’on soit fille ou garçon permet à chacun de trouver sa place.

Jeunes Officiels UNSS

Très souvent, lorsque ce dispositif existe dans une association, il y occupe une place centrale et permet d’amener certaines jeunes filles à l’impliquer davantage dans son association. Ainsi, M. Guivarch nous explique « le fait de développer les rôles de jeunes officiels nous a permis d’investir un plus grand nombre de filles dans notre association sportive. Nous avons 32 filles (sur les 49 inscrites) impliquées dans ce dispositif. Pour celles qui sont Jeunes Reporters, elles occupent les rôles de camerawomen, photographes, monteuses, journalistes ; celles qui ont intégré la formation jeunes dirigeants pourront ensuite faire partie du bureau de l’association sportive du collège, faire des tâches de secrétariat, apprendre à gérer un budget, à faire des projets… ». Elle poursuit : « Ce dispositif permet aux jeunes d’acquérir des compétences particulières autres que sportives, permettant de toucher plusieurs profils d’élèves. Cela permet aussi de responsabiliser nos élèves, de leur donner de l’importance et ainsi d’améliorer leur confiance en soi ». La diversité des rôles à tenir, qu’on soit fille ou garçon permet à chacun de trouver sa place. C. Caupène ajoute que cette prise de responsabilités peut même s’élargir au sein de l’établissement avec par exemple la mise en place d’une équipe de « Jeunes Eco-Responsables » ouverte à tous les élèves qu’ils soient ou non licenciés à l’AS et qui agit au niveau de l’établissement.

Du côté des jeunes, les propos sont sensiblement les mêmes. Ainsi Zoé Larroque (Terminale ES –Jeunes Reporters (92)) et Esteban Bignon (Seconde – Jeune Arbitre (61)) témoignent de leur expérience qui a débuté respectivement pour chacun d’eux en 6eet 5e. Ils sont unanimes sur le fait que la prise de responsabilités leur a apporté de la confiance en eux, de nouvelles compétences mais aussi une ouverture sur le monde. Leur parcours, leur investissement mais aussi leur motivation leur a permis de participer à des événements d’envergure (comme les championnats du Monde Scolaire en tant que Jeune Reporter pour Zoé ou les championnats de France UNSS de Triathlon en tant qu’arbitre pour Esteban) mais aussi d’intégrer la commission nationale de l’UNSS des Jeunes Officiels.

Le dispositif « Jeunes officiels, vers une génération responsable » est à la fois un moyen fort de faire vivre les valeurs citoyennes au sein d’un établissement scolaire mais aussi un vrai tremplin pour les jeunes qui s’y engagent pour leur vie future et un atout considérable à  valoriser sur un CV mais aussi à son inscription sur la plateforme de Parcours Sup.

 

Propos recueillis par Déborah Sarfati.  

 

Article extrait du numéro 15 Les Sportives 

MOCKUP NUMERO15

La Rédaction
10.07.2020
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à notre rédaction.